Le CSRP et l’Unicef présentent un guide pratique pour la Police

0
158

unicefLongtemps victimes de mauvais traitements de la part de leurs parents, d’exploitants de mines artisanales, de certains adultes et des agents de services de l’Etat, les enfants congolais vont pouvoir enfin bénéficier au cours des années à venir, d’un régime de protection qui repose sur l’application de la loi n° 09/001 du 10 janvier 2009
portant protection de l’enfant.

Depuis sa promulgation en 2009, cette législation n’a pas connu une vaste campagne de sensibilisation et de vulgarisation auprès de la population congolaise en général, et des acteurs intéressés par les problèmes de l’encadrement et de la promotion des enfants en particulier. On en veut pour preuves le fait que dans notre pays,
nombre d’enfants sont toujours employés comme des domestiques, des vendeurs de friandises, de sachets d’eau froide, de fruits, et même d’œufs cuits. Dans certains territoires de l’Est, les filles de moins de 18 ans sont transformées en esclaves sexuels, tandis que d’autres se prostituent dans les villes, sous le label des «shegués», ces tristement célèbres enfants de la rue.

Ce problème de l’exploitation des enfants et de traitements inhumains et dégradants leur infligés dans certains postes de police, est réel et continue à préoccuper les milieux officiels. Au Comité de suivi de la réforme de la police, il a été déploré en son temps que, face à une réglementation récente, les policiers étaient toujours désarmés quand ils devaient gérer les dossiers judiciaires des enfants en situation difficile, de ceux victimes de la maltraitance ou en conflit avec la loi, pour avoir commis des infractions, telles que des meurtres et des vols. Il fallait faire quelque chose pour changer les mentalités et les comportements dans le chef des agents et officiers de la police.

Par le biais de la Cellule de lutte contre les violences sexuelles, protection de l’enfant et droits humains (VSPEDH), le CSRP a alors cherché à produire un outil de protection de l’enfant destiné aux officiers et agents de police, en collaboration avec les ministères de la Justice, de la Femme, Famille et Enfant, de l’EPS et Initiation à la nouvelle citoyenneté, des Affaires sociales, ainsi que les services compétents du Commissariat général ( service juridique et contentieux de la direction de la sécurité publique) et de l’Inspection générale de la police.

Aussitôt lancée, cette initiative, a suscité un intérêt croissant auprès des partenaires techniques concernés par les problèmes de la protection de l’Enfant. En effet, autour du projet, en sus du Comité de suivi de la réforme de la police et du Commissariat général de la police, on a vu se sont joindre au titre de partenaires techniques et financiers, l’Unicef, la Monusco, la Police civile de la Monusco, les ONG Save the children et War childs.

Un groupe de travail chapeauté par le CSRP, sous la direction de son secrétaire exécutif, le général Michel Elesse Yombentole, sera alors chargé de produire un guide pratique qui allait servir d’outil de
travail aux policiers.

Le jeudi 12 mai 2016, lors de la présentation de cet outil précieux et de la remise de 2.500 exemplaires au secrétaire exécutif du CSRP par le directeur du programme  de la protection de l’enfant à l’Unicef, tous les partenaires ont non seulement apprécié ce guide pratique pour la protection de l’enfant, mais salué l’esprit d’équipe et de complémentarité qui a régné tout au long de son élaboration.

Le général Michel Elesse a remercié tous les partenaires aussi bien techniques que financiers, ainsi que tous les ministères pour leur soutien, sans lequel, ce projet n’aurait pas vu le jour. Il a formulé le vœu de voir ce guide qui sera prochainement remis à la police, orienter les unités chargées de la protection de l’enfance et les OPJ dans leur travail quotidien pour le plus grand bénéfice de la jeunesse congolaise.

Gabriel Ockel a, quant à lui, loué la synergie de tous les partenaires au sein du groupe de travail de lutte contre les violences sexuelles, protection de l’enfant, genre et droits humains, au niveau national, depuis 2009, et indiqué que le guide va aider la police à corriger les mauvais traitements jadis infligés aux enfants.

Pour son application, on va passer par deux grandes étapes, notamment la vulgarisation de ce guide et la sensibilisation des utilisateurs dans les trois provinces pilotes, à savoir Sud Kivu, Maniema et Kinshasa, avant de l’étendre aux dans les autres provinces de la RDC.

J.R.T.