Crise libyenne : les FONUS pour une solution à l’africaine

0
26

 Quatre jours après l’ntrée en action des bombardiers de la coalition occidentale, quelques leaders poliques congolais sont sortis de leur réserve pour donner leur avis sur la situation qui prévaut en Libye.
Dans le lot, il y a Joseph Olenghankoy,  le président national des Forces Novatrices pour l’Union et la Solidarité (Fonus).
 Dans cette réaction, Joseph Olenghankoy et son parti condamnent avec énergie toute violence entraînant la mort des populations civiles et la destruction des infrastructures de développement en Libye.
 Pour ce faire, les Fonus invitent les dirigeants et chefs d’Etat africains à prendre leurs responsabilités en vue de trouver une solution proprement africaine à la crise ou drame que connaît le peuple libyen.

 Elengha et les siens refusent de cautionner. Au lieu de se ralier à la volonté des puissances internationales dont les intérêts se cristallisent sur les enjeux géostratégiques qui leur sont propres, indique le communiqué des Fonus signé par son président national.
 Avant de faire remarquer que l’emploi disproportionné de la force tendant à renverser le régime libyen, risque de créer un mauvais précédent au regard de la situation sur le terrain. Et que cela viole, suivant le texte du communiqué, l’esprit de la résolution des Nations unies dans le but de consacrer la partition de fait de la Libye.
 Cependant, Olenghankoy invite Kaddhafi à tirer les conséquences de la privation de la liberté au peuple !
 «Au président Kadhafi, bien qu’ayant consacré toute sa vie au développement de son pays, au service de son peuple et du continent africain, il doit savoir qu’il n’y a pas de peuple heureux sans liberté».
Dom

 

LEAVE A REPLY

*