Crise humanitaire à Beni : 53.000 déplacés en détresse !

0
57

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires en RD Congo (Ocha/ RDC) a décrit, hier mercredi 21 juillet, la situation humanitaire prévalant dans le territoire de Beni, au Nord-Kivu, où des milliers de personnes fuient les combats opposant les Forces armées de la RDC (Fardc) aux rebelles ougandais de l’ADF/NALU. D’ores et déjà, signale-t-on, le Comité international de la Croix-Rouge(CICR) va procéder à partir de ce jeudi 22 juillet à la distribution de vivres en faveur d’environ 10 600 ménages ─ soit 53 000 personnes ─ déplacés d’Eringeti et se trouvant sur l’axe Beni – Oïcha. Il s’agit d’une demi ration constituée de 30 kg de farine, 10 kg de haricots, 5 litres d’huile, 500 g de sel).

            Selon une évaluation des besoins menée par l’ONG Merlin dans le Territoire de Beni, 60% des déplacés vivent dans des familles d’accueil, 30% dans des maisons abandonnées et 10% dans les églises et les écoles. Des besoins en eau et assainissement ont été identifiés de même que dans le secteur de la santé. Merlin est en train de déployer des trousses médicales ainsi que du personnel supplémentaire dans le secteur en vue d’une réponse d’urgence.

            Par ailleurs, les organisations humanitaires poursuivent les évaluations dans les zones de déplacement à Beni. Des réunions de coordination sont régulièrement tenues pour échanger sur les informations sécuritaires, les besoins non couverts et la réponse humanitaire. Tandis que le CICR prend en charge les blessés par balles depuis le 10 juillet 2010 et a remis des trousses médicales au Centre de santé de référence d’Eringeti, la Croix-Rouge congolaise a rendu disponibles des matériels de secours à Mutwanga, Oicha et bientôt à Kamango. Pour sa part, l’Ong OXFAM/Grande-Bretagne construit des latrines publiques et distribue des trousses d’hygiène dans les sites publiques de déplacés à Oicha et à Mbau. L’ONG prend également en charge le stockage et la purification de l’eau et forme des relais communautaires (RECO) à Oicha et Mbau. Des campagnes de sensibilisation sur l’hygiène sont en cours.

            Dans un autre registre, à la suite de l’accident d’un camion transportant des marchandises et des passagers entre Kibua et Kishanga, ayant provoqué la mort de 26 personnes et blessé 31 autres, Médecins sans Frontières (MSF) et le CICR sont intervenu pour soigner les blessés. Ceux-ci ont été évacués au Centre de santé de Kibua, où le CICR a assuré les premiers soins, et aux hôpitaux de Masisi et de Bukavu. MSF appuie depuis 2007 l’hôpital général de Masisi qui dispose d’un service d’hospitalisation et de chirurgie d’urgence. 

Sud-Kivu : pillages, incendies et enlèvements à répétition 

            Plusieurs cas de violation des populations civiles sont rapportés dans les Territoires de Fizi, Mwenga et Shabunda. Ces faits sont attribués aux différents groupes armés actifs dans ces territoires. Des tracasseries sont rapportées quotidiennement. A titre illustratif, Ocha indique que le Centre de santé de Kalunga, dans la Zone de santé de Nyangezi, a été pillé dans la nuit du 11 au 12 juillet. Des maisons ont été incendiées dans la localité de Kashaka, alors que dans le territoire de Shabunda, des cas d’enlèvement sont signalés.

            Néanmoins, on signale une amélioration de l’accès physique et sécuritaire sur le tronçon routier Baraka-Uvira suite aux travaux entrepris par le contingent chinois de la Monuc et l’arrivée de la saison sèche.

            A Bunyakiri,  dans  le Territoire de Kalehe, Ocha annonce que l’ONG AVSI/RRMP   organise   cette  semaine  une  foire  en  articles  non alimentaires  Cette activité vise à assister 4 000 ménages vulnérables (retournés, déplacés et familles d’accueil). Cette foire est également l’occasion d’une expérience pilote de  distribution de vouchers « Education », dans le but de permettre aux enfants  déscolarisés de reprendre le chemin de l’école lors de la rentrée scolaire   prochaine.  Des  semences  maraîchères  ainsi  que  des  outils aratoires  sont  également  distribués  à  ces  populations victimes  des affrontements liés à Amani Leo et des exactions commises par les FDLR dans cette région.

            Dans un autre registre, on signale que près de 300 ménages affectés par la catastrophe de l’accident de Sange ont été identifiés au cours d’une mission d’évaluation conjointe conduite par le PAM avec le concours des autorités locales de Sange, des ONG Caritas, AIDES et Arche d’alliance. Ces ménages affectés ont besoin d’une assistance alimentaire d’urgence et d’un soutien. Par ailleurs, plusieurs cas de traumatisme psychosocial sont recensés à Sange. Les équipes de Médecins sans Frontières s’occupent de la prise en charge globale de survivants internés à l’hôpital de Sange. Les ONG Camps, Heartland Alliance et le Centre Matumaini Kuishi Congo vont se charger de la « détraumatisation » au niveau communautaire. 

Tshieke Bukasa

 

LEAVE A REPLY

*