Crise au MPCR : Tshisekedistes et Bembistes s’affrontent…

0
53

Etienne Tshisekedi, président national de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social) a révélé il y a deux semaines, dans une interview à la presse, qu’il serait candidat à la magistrature suprême lors de l’élection présidentielle de 2011. Réagissant à cette annonce, le député national Jean-Claude Vuemba, président national du MPCR (Mouvement du Peuple Congolais pour la République), a d’emblée déclaré qu’il apporterait tout son soutien à cette figure emblématique de l’opposition, dans l’hypothèse où cette candidature à la présidentielle serait confirmée. 

            Alors que les cadres et militants du MPCR qui se disent « Tshisekedistes » étaient tout contents de cette prise de position, surtout après que leur président national ait pris l’initiative de relancer l’idée d’un programme commun de l’opposition face à l’Alliance de la Majorité Présidentielle (AMP), en vue d’obtenir l’alternance politique au pouvoir, c’est un autre son de cloche qu’émet le Bureau politique de cette formation politique. A en croire Nimy Taty, Directeur de cet organe d’orientation et de décision du MPCR, la déclaration de l’élu de Kasangulu, à qui l’on reconnaît le droit et la liberté de soutenir qui il veut, n’engage que sa personne.

            En d’autres termes, le MPCR ne s’est pas encore déterminé par rapport aux hommes et partis à accompagner dans leurs ambitions électorales en 2011. Ce qui importe le plus pour ce parti, souligne son Bureau politique, la mise en place d’un « front commun » de l’opposition, car « aucun parti ne pourra gagner seul les élections de 2011 ». Le regroupement de cette plate-forme politique devrait se fonder sur les idées et non les personnes, insiste-t-on. C’est après la mise au point d’un programme commun que le leadership devrait se manifester de lui-même, « pour une gestion différente et efficiente de la République ».

            Selon les proches de Jean-Claude Vuemba, ce qui s’apparente à une fronde contre lui au sein de son propre parti serait dû à l’émergence de deux nouveaux courants, les « Bembistes » et les « Tshisekedistes », qui viennent de marginaliser les « Vuembistes », qui semblaient mener le jeu jusque-là tout seuls. Les uns et les autres sont partagés entre le soutien à Etienne Tshisekedi et Jean-Pierre Bemba. On prête aux « Bembistes », numériquement supérieurs avec l’installation de nouvelles fédérations en provinces, le mouvement de contestation de l’option du président national du MPCR.

            Il semble que le Bureau politique du parti de Vuemba ne veut pas que celui-ci serve de wagon aux autres dans le cadre des élections. A ce sujet, le président de la fédération du MPCR au Bas-Congo, Adrien Phoba, fait remarquer que la base de ce parti se focalise pour le moment sur le combat électoral en faisant une lecture attentive des signes du temps. Il estime stériles les querelles autour des personnes.

Les observateurs croient savoir que le député élu de Kasangulu a bien capté le message et qu’à l’avenir, il va tenir compte du fait que la contestation interne est vite arrivée s’il n’est pas en phase avec la vision du Bureau politique du MPCR. On espère que le feu qui couve ne va pas provoquer l’incendie au sein de la baraque.

            Serains des analystes politiques avisés assurent que ce qui paraît comme une dissension interne au sein du MPCR n’est que l’expression de la démocratie.                                                          

Kimp.

 

LEAVE A REPLY

*