Crise à la Sonas : l’Intersyndicale saisit les instances instances supérieures

0
82

Logo_SonasAprès la rencontre du lundi 05 mai 2014 entre le comité dirigeant de la Société Nationale d’Assurances, chapeauté par l’Administrateur Délégué Carole Agito Amela, et les membres de l’Intersyndicale de ladite entreprise, certains agents de cette société continuent à rester dehors alors que Anatole Mwanda, président de leur syndicat, avait lancé un message important à ses troupes. C’était en ces termes : «j’invite mes collègues agents à regagner leurs postes de travail puisque la solution ne peut être trouvée qu’aux bureaux. A reprendre le travail, étant donné, que ce folklore ne fait que nuire à la réputation de l’entreprise ainsi qu’à leur propre carrière ».

 Comme annoncé la fois dernière devant la presse, les arriérés de salaires sont de 10 mois et non  de 25 mois comme certains le disent. A cet effet, l’Intersyndicale a adressé une correspondance au 1er ministre Matata Ponyo, tout en réservant copie à plusieurs autres personnaités. Cette lettre donne les moindres détails de la situation.

Voici la correspondance : Concerne: Réclamation du paiement des arriérés de salaires/SONAS

Excellence,

Le bureau de l’intersyndicale/Sonas  se fait le devoir d’approcher votre autorité pour vous donner un éclairage sur la question ci-dessus soulevée.

En effet, la situation des arriérés de salaires à la Sonas est réelle et elle est connue de tous. Elle remonte aux années 2008-2069 suite à une mauvaise application du Smig qui a vu la masse salariale multipliée par 3, alors que la production n’avait pas suivi. A cela s’ajoutent des engagements massifs et des promotions désordonnées qui n’ont fait que compliquer l’équation.

Les agents du siège de la Sonas qui en sont de grandes victimes alignent des arriérés ne dépassant pas 10 mois discontinus.

En ce qui nous concerne, nous banc syndical, ce problème nous a toujours préoccupé. C’est ainsi que dans tous nos contacts avec l’employeur, nous avons toujours exigé que l’irrégularité des paiements de salaires soit corrigée mais hélas, il y aurait probablement manque des moyens pour ce.

Nous sommes donc très surpris de constater que certains agents, certainement manipulés par les groupes internes et externes, se sont permis, en violation flagrante de la loi, de déclencher une grève sauvage sous prétexte que l’intersyndicale et la délégation syndicale étaient incapables de plaider la cause des travailleurs. En fait, on se trouve en face de plusieurs groupes  d’agents et non-agents qui ont coalisé pour déstabiliser l’entreprise, au moment où elle attend d’être restructuré afin de devenir compétitive dans le cadre de l’ouverture imminente du marché des assurances en RDC.

Il s’agit de groupes suivants:

1. Groupe des faussaires révoqués pour s’être fait engager avec de fausses pièces scolaires;

2. Groupe des anciens délégués syndicaux révoqués pour faute lourde et qui espèrent revenir après la chute souhaitée par eux de l’AD actuelle;

3. Groupe des cadres sanctionnés ou en voie de l’être à la suite des actions disciplinaires ouvertes à leur endroit pour détournement des fonds qui voudraient aussi échapper aux sanctions qui les frappent ou qui les attendent;

4. Groupe des cadres et personnes extérieures qui veulent régler des comptes à la mandataire  actuelle, en vue de se positionner pour la direction de l’entreprise;

5. Groupe des syndicats postulants et ceux qui se sont retirés du mandat en cours, qui sont de véritables auteurs intellectuels du comportement indigne des agents manipulés et intoxiqués par eux, qui consiste  à injurier à longueur  de journée les autorités du pays, leurs autorités, les délégués et permanents syndicaux par des SMS et dans les réseaux sociaux. Tout cela dans le but de gagner la sympathie des cadres et agents pour gagner les élections sociales futures.

L’intersyndicale, tout en considérant la revendication de paiement des arriérés de salaires, désapprouve la grève sauvage déclenchée par certains agents de groupes ci-haut cités, en violation de procédure et sans qualité pour cela. Elle appelle l’employeur à ne pas avoir peur de ces agents car agissant sous les ordres de ceux qui les manipulent, comme  rappelé précédemment. L’intersyndicale demande à l’employeur encore une fois de trouver des agencements qui permettent de s’attaquer dans la mesure du possible à la problématique de paiement régulier des salaires et des arriérés. Nous tenons à remercier sincèrement toutes les autorités pour la sagesse pour laquelle elles gèrent ce problème. ‘

Veuillez croire, Excellence Monsieur le premier Ministre, à l’expression de notre considération distinguée.

                                                                                                                            Pour l’intersyndicale,

Le Bureau

LEAVE A REPLY

*