Création d’une nouvelle armée nationale : les états généraux d’abord !

0
82

 

C’est avec un vif intérêt que j’ai lu l’article de Monsieur LENY YE NKOY ILONDO, publié dans Le Phare n°4485 du 08 Janvier 2013, intitulé : « FARDC : Pour la création d’une nouvelle armée ». L’analyse faite par Monsieur ILONDO étant pertinente, mérite un examen plus approfondi. Je me réjouis de constater que certains compatriotes sont préoccupés par l’absence d’un système fiable au sein de notre Défense Nationale.

Le constat amer fait par le Chef de l’Etat dans son dernier discours devant les deux Chambres réunies en Congrès, confirme cette triste réalité. Cette adresse du Commandant Suprême de nos Forces Armées était dominée par le climat d’insécurité qui règne dans la partie Orientale de notre pays à l’initiative des éléments insurrectionnels du M23.

Ces opérations militaires sèment la désolation et ont provoqué les déplacements massifs des populations de l’Est, obligées de passer des fêtes de fin d’année à la belle étoile, dans le dénuement le plus total. Ce spectacle odieux et inadmissible interpelle la conscience nationale.                           

Malgré les multiples résolutions prises par les Chefs d’Etat de la Région des Grands Lacs (CRGL), le spectre de la guerre plane d’une façon permanente dans cette partie du pays.         

Le Chef de l’Etat Joseph Kabila n’a-t-il pas dit que la sécurité des congolais est l’affaire de nous tous. C’est ainsi que dans le cadre du mot d’ordre pour la  cohésion nationale qu’Il a lancé, nous avons tenu à nous exprimer à ce sujet en vue d’apporter notre modeste contribution en formulant des projets concrets en rapport avec la réforme de l’Armée. 

En effet, la République Démocratique du Congo doit être dotée d’une Armée digne, disciplinée, dissuasive et capable de garantir la sécurité sur toute l’étendue de notre territoire. Une Armée prête à intervenir en Afrique et pourquoi pas dans le monde entier comme les autres Armées Africaines qui combattent sous le drapeau de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations Unies.

La réforme de l’Armée Nationale : priorité absolue

            Dans le contexte sécuritaire actuel de notre pays, la réforme de l’Armée est prioritaire et une nécessité absolue. Comme disait le compatriote ILONDO,  je cite « Ainsi, l’armée d’un pays ne se construit pas avec le concours d’un autre pays, quel que soit le degré d’amitié, de coopération ou d’intérêt. Une armée est le reflet de la vision et de la volonté des gouvernants d’un pays. »

A l’époque, nous avons eu à dénoncer la formation des forces spéciales par l’Africom /USA à Kisangani et celle des commandos par les Belges à Kindu/Maniema ; car la formation des recrues est l’affaire des instructeurs congolais, avec l’appui logistique des étrangers dans le cadre de la coopération militaire.

(Par exemple la formation des pilotes de transport sur les avions du type C130 Hercules par les instructeurs américains et des pilotes de chasse et d’Hélicoptères par les instructeurs français.)

Le Gouvernement de la République doit sans délai s’atteler à la mise sur pied d’une armée moderne, composée des troupes bien entrainées et encadrées par des Officiers formés dans les grandes académies militaires et doter l’Armée d’un équipement adéquat et moderne.

L’achat de vieux matériels militaires abandonnés par les anciens pays de l’URSS doit être proscrit.

La présence de cette nouvelle armée au centre de l’Afrique  devait contribuer à la pacification durable et au développement harmonieux de la République Démocratique du Congo et de tous ses voisins, favorisant ainsi l’éradication des groupuscules mafieux qui pullulent autour des sites miniers à travers l’Afrique.

Cette réforme constitue certes un travail de longue haleine. Il y a donc lieu d’éviter le colmatage, le mixage ou autre brassage dont les expériences antérieures n’ont pas donné des résultats escomptés.

            Pour réussir ce pari,  le Gouvernement de la République doit dès maintenant organiser les Etats Généraux des Forces Armées en vue de faire l’état des lieux de notre Défense Nationale. A cet effet, il est conseillé d’y associer tous les spécialistes des questions militaires y compris les anciens Officiers d’ Etat-Major, sans oublier de recourir à l’expertise des Anciens Hauts Officiers mis en retraite.

Combien de temps pour former une nouvelle armée ?

La réponse à cette question dépendra des attentes du gouvernement. Pour mieux faire et rattraper le temps perdu, le Premier Ministre doit organiser une Cellule de Défense au sein de son Cabinet, en prévision de la convocation des Etats Généraux de la Défense. Notez que la durée de création d’une nouvelle Armée est estimée à quelques cinq ans  de travail assidu. C’est-à-dire:

–   Procéder au recrutement de plus ou moins 15.000  à  20.000 recrues par an et pendant cinq ans

–  Planifier la formation des officiers à l’EFO/Kananga ou à l’étranger, en fixant des promotions de 200 à 250 candidats élèves officiers (250×5= 1250 officiers à former)

 Dans cinq ans, la République aura formé 1250 officiers pour encadrer plus de 10 Brigades d’Infanterie de 3.500 hommes chacune.

–  Réformer le plus rapidement possible la Force Aérienne et la Marine Nationale.

Le mode de recrutement des jeunes au sein des Forces Armées

L’appel de service sous le drapeau lancé par le Chef de l’Etat a été salué par toute la Nation. Il est bien entendu qu’une sélection ordonnée  des recrues va déterminer l’image de la future Armée Nationale. Pour éviter l’anarchie dans cette opération, il y a lieu d’exclure d’injecter au sein de l’Armée des repris de justice et autres « Kulunas. » Les critères de recrutement doivent être rigoureux et objectifs, c’est-à-dire exiger aux recrues un casier judiciaire vierge et un certificat médical délivré par une formation médicale d’Etat. Seules seront retenues, les recrues qui auront satisfait à ces critères.                                                                                                   

Les candidats porteurs d’un diplôme de 6 ans PP et plus, seront admis aux Ecoles de formation d’Officiers à Kananga ou à l’étranger.

Le recrutement à tendance tribale ou régionale est à bannir, car l’Armée est Nationale et Apolitique

Le déploiement des troupes de la MONUSCO

Nous estimons que la présence des troupes des Nations Unies est propice à côté de nos troupes, en dépit des critiques formulées de toutes parts quant à sa mission sur le terrain. Notre diplomatie a sollicité auprès du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le réaménagement de la mission actuelle de la Monusco en une Force active, afin de combattre  et éradiquer une fois pour toutes les désordres qui règnent à l’Est.       

            Nous avons en mémoire l’intervention en 1963, au Katanga des Forces des Nations Unies (ONUC) qui a mis fin à la sécession Katangaise et permis ainsi au Congo de recouvrer son intégrité territoriale. Nous saluons le fait que la Force Internationale Neutre en gestation à Addis- Abeba ; soit placée sous les ordres de la Monusco et souhaitons que sa mission soit clairement définie en vue de déjouer d’éventuels agendas cachés. 

            En guise de conclusion, je rappelle la citation du Martiniquais Frantz FANON qui disait que  « l’Afrique a la forme d’un revolver dont la gâchette se trouve en RDC  «.

Il est donc temps que la République Démocratique du Congo assume le rôle lui dévolu.

            N’oublions pas que la création d’une Armée nouvelle est une affaire de tous les congolais sans exception. Mettons-nous au travail pour que la République se hisse au rang des pays émergents et reprenne son LEADERSHIP  en Afrique Centrale.

Général  A. MALU-MALU  DIANDA

AMBASSADEUR

LEAVE A REPLY

*