CPI : Babala à Kinshasa

0
38

fidele_babala_wandu_cpiC’est hier soir en principe que le député national Fidèle BABALA devait arriver à Kinshasa par un régulier d’Air France pour être mis formellement en liberté provisoire par la Cour pénale internationale. Arrêté à Kinshasa il y a près d’un an, M.Babala ne devait être libéré que sur le territoire congolais où il devra se rendre disponible chaque fois que les juges de la Cour pénale internationale estimeront nécessaire de l’entendre.

            La mise en liberté provisoire de Fidèle Babala et de ses trois compagnons d’infortune Aimé Kilolo Musamba, Narcisse Arido et Jean-Jacques Mangenda Kabongo fait suite à une décision souveraine de Monsieur Cuno Tarfusser, juge unique de la Chambre préliminaire II qui a pris l’initiative individuelle de réexaminer la détention des suspects dans l’affaire « Le Procureur contre Jean-Pierre Bemba ». C’est ce juge unique qui a pris la décision que nos quatre compatriotes, leurs familles, amis et connaissances ainsi que toutes les personnes éprises d’un esprit de justice, saluent unanimement.

            L’appel introduit en début de semaine par le Procureur qui réclamait la suspension de la décision a été, contrairement aux habitudes, traité avec une étonnante diligence. Le Procureur a vu son appel rejeté par la Chambre II, ce qui a permis l’exécution de la mesure. D’abord en Belgique pour Me Kilolo dont la brillante carrière d’avocat a failli être inutilement compromise,  Narcisse Arido en France et enfin, Fidèle Babala à Kinshasa où il devrait retrouver sa place à l’Assemblée Nationale. Quant au quatrième suspect, Me Jean-Jacques Mangenda Kabongo, sa liberté sera mise en œuvre dès que le Greffe de la Cour pénale internationale aura accompli les mesures nécessaires, déclare-t-on à La Haye.

Un indice favorable sur le dossier de J.P BEMBA   

         Sans pour autant préjuger de l’issue de cette affaire, les milieux du MLC se félicitent de cette mise en liberté provisoire qui aura certainement un impact sur l’affaire principale, à savoir le dossier Procureur près la CPI contre Jean-Pierre Bemba. Ils rappellent que l’acquittement pur et simple de notre compatriote Matthieu NGUDJOLO, un ancien chef de milice dans l’Ituri, a plaidé en faveur du Chairman du MLC. Du fait que les juges de la CPI avaient considéré que Matthieu NGUDJOLO n’était pas présent sur les lieux du crime.

            Or, selon des spécialistes militaires et les officiers généraux de l’armée centrafricaine appelés à témoigner, Jean-Pierre BEMBA n’a jamais mis ses pieds à Bangui lors des massacres imputés à ses troupes appelées en renfort pour aider le régime légal et légitime d’Ange-Félix Patassé qui affrontait la rébellion dirigée par le Général François Bozizé, aujourd’hui en exil en Ouganda.

F.M.

LEAVE A REPLY

*