Couverture sanitaire universelle en RDC : des experts dans un atelier à Kinshasa

0
240

A l’initiative du Bureau de représentation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en RDC, l’atelier sur la couverture sanitaire universelle (CSU) en République Démocratique du Congo (RDC) s’est ouvert hier lundi 16 février 2015 et va se clôturer vendredi prochain.
C’était dans la salle Isidore Bakandja du Centre Caritas Congo de Kinshasa, en présence du Secrétaire général ai à la Santé publique, Mukengeshayi, du représentant de l’OMS en RDC,  Dr Joseph Waogodo Caboré, du Dr Alain Iyeti de la DEP (direction d’études et planification), etc.
Cet atelier a pour but de définir les mécanismes d’amélioration des soins de santé pour tous, afin que l’ensemble de la population congolaise puisse avoir accès aux soins de santé de qualité.

Procédant à l’ouverture des travaux au nom du ministre de la Santé, le SG ai à la Santé a reconnu que « la santé est un élément important pour la sécurité humaine».

A ce sujet, il a déclaré que pour parvenir à une couverture sanitaire universelle en RDC, le pays a besoin d’un système de financement qui permet aux individus d’utiliser des moyens préventifs et curatifs, sans rencontrer des obstacles, avant de noter que la collecte des fonds par prépaiement obligatoire figure parmi les moyens les plus efficaces pour étendre la couverture sanitaire sur l’ensemble du pays.

Toutefois, il a invité les participants à réfléchir sur les bases d’une couverture sanitaire universelle en RDC, précisant que le ministère de tutelle s’engage à faire de la CSU une priorité.
Pour sa part, Dr Joseph Waogodo Caboré a déclaré que : « la problématique des soins de santé constitue un enjeu majeur de la lutte contre la pauvreté, mais aussi un enjeu pour la cohésion sociale à l’ère du 21ème siècle ».

Aussi, a-t-il rappelé que  : « chaque année plus de 150 millions de personnes à travers le monde dépensent en frais de santé plus de 40 % de leurs revenus, devenant exposés ainsi à la pauvreté, sans forcément être guéris de leur mal ».
Le représentant de l’OMS en RDC a aussi indiqué que : « la couverture sanitaire universelle n’est pas un modèle prêt-à-porter, mais plutôt un principe pour chaque gouvernement de mettre en œuvre les soins de santé, selon le contexte ».
Il a rappelé que la mise en œuvre effective de la couverture sanitaire universelle a été l’un des points essentiels de l’agenda de la 135ième session du Conseil exécutif de l’OMS à Genève, session à laquelle la RDC a pris part en tant que membre pour la Région  Afrique.

Enfin, il a signalé que ses travaux aboutiront à la production d’une proposition sur la stratégie de la CSU, à l’élaboration d’un projet de loi cadre sur la santé publique et d’une feuille de route d’action et de processus de mise en œuvre de la CSU.
De son côté, le directeur de la DEP a relevé que les travaux devraient aboutir sur une interaction agissante entre les différents acteurs gouvernement et agences pour une concordance entre l’offre et la demande.
Hormis ces personnalités, les  directeurs des programmes spécialisées du ministère de la Santé et des chefs de projets de différents ministères, des représentants des agences du système des Nations unies, ainsi que des représentants des partenaires bilatéraux et multilatéraux, participent aux travaux.

Melba Muzola