COUR D’APPEL KINSHASA/GOMBE : Les priorités du Premier président Masudi Mpiya

0
518

justice6Avec la dernière restructuration, la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe est placée sous la direction du Premier président Masudi Mpiya dont le premier trimestre a été consacré à l’état des lieux de sa juridiction et des tribunaux relevant de son ressort.

Après des réunions avec ses plus proches collaborateurs, il aurait décelé en eux, des compétences insuffisamment exploités qu’il entend mettre résolument au service d’une bonne administration de la justice. Et ce, dans l’objectif majeur de faire de la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, une juridiction d’appel de référence. Son action devrait en somme reposer sur les ressources humaines, de manière à ce qu’il soit suivi dans la grande entreprise de redynamisation de cette juridiction qu’il vient de lancer sans tambours ni trompettes. Et c’est peut-être pour lui permettre de donner un souffle nouveau qu’il vient d’être doté de nouveaux magistrats du siège dont la prestation de serment devrait intervenir incessamment.

Aussi pour redonner à la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe ses titres de noblesse, il a instauré des séances de débats juridiques dans chaque chambre où les doyens et aînés dans la profession partagent leurs expériences avec les jeunes. Et il entend relancer par la même occasion, l’axe de la formation, par des séances de recyclage pour la remise à niveau du personnel judiciaire. Une façon de renforcer l’efficacité des services et de préparer la relève. L’on se rappelle à ce propos que jadis, cette cour et la Cour d’appel de Lubumbashi, avaient enrichi la nomenclature des textes juridiques de notre pays leurs arrêts exemplaires bien argumentés, aujourd’hui érigés en jurisprudence. Ce qui a suscité une émulation dans les autres juridictions du pays.

D’une grande ouverture d’esprit, il se met régulièrement à l’écoute des justiciables à travers leurs conseils, pour tenter de répondre à leurs différentes préoccupations et les orienter pour une bonne
administration de la justice.

Concernant la routine et le laxisme dans lesquels s’étaient enfermés
certains de ses collaborateurs, le Premier président Masudi Mpiya
s’est montré particulièrement rigoriste. A ce sujet, un recensement
exhaustif des dossiers judiciaires dont les arrêts tardent à être
prononcés, a été effectué dernièrement.
Voilà pourquoi un délai de grâce a été accordé aux présidents de
chambres et de juridictions pour remettre vite l’appareil judiciaire
en marche dans la gestion des affaires civiles et pénales. Il faut en
toute urgence revenir à la normalité et éviter de préjudicier
davantage les justiciables  déjà déçus par la lenteur judiciaire,
telle est sa grande recommandation. Le Premier président Masudi Mpiya
n’entend donc pas transiger quand il s’agit de redresser certains
maillons faibles de la chaîne de prise des décisions judiciaires.
Comme deuxième chantier, il a ciblé le respect des heures du début
des audiences. Elles ne doivent pas commencer tard, pour empêcher que
l’extrait de rôle de la chambre ne soit épuisé.  Aussi s’est-il
lui-même déjà imposé une discipline de fer dans le traitement des
correspondances transmises à sa juridiction, afin de prêcher par
l’exemplarité.
Troisième chantier, c’est la lutte contre l’impunité. Dans ce cadre
où il entend donner le maximum de son énergie, il souhaiterait que les
prévenus poursuivis pour des cas de meurtre, sentent la rigueur de la
loi quand leurs dossiers sont fixés devant la Cour d’appel de
Kinshasa/Gombe.
Comme quatrième priorité, le Premier président Masudi Mpiya tient aux
recettes générées par sa juridiction, en termes des frais dus au
Trésor public, et entend s’assurer de leur versement, selon la
procédure en la matière.