COUR D’APPEL DE KINSHASA/GOMBE : Audience solennelle en mémoire du conseiller Masudi

0
59

justice6Terrassé par la maladie, le conseiller Claude Masudi de la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe a tiré sa révérence à fleur d’âge à 48 ans, le vendredi 21 novembre 2014. Après les obsèques organisées en mémoire de ce juge, au Home Assanef, le vendredi 29 novembre, une audience solennelle  lui a été consacrée à la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, son dernier lieu de travail. C’était le samedi 30 novembre 2014, en présence du 1er président de la Cour suprême de justice et président du Conseil supérieur de la magistrature, Jérôme Kitoko Kimpele, du représentant du Procureur général de la république, du secrétaire permanent du Conseil supérieur de la magistrature, des responsables et membres des cours, tribunaux et parquets de Kinshasa, des avocats de deux barreaux de Kinshasa et membres de famille de l’illustre disparu.

A l’appel de la cause, le greffier du siège a annoncé qu’il n’y avait qu’une seule affaire inscrite à l’extrait de rôle du jour, à savoir l’audience solennelle en mémoire du conseiller Claude Masudi. Parole a été accordée au représentant du bâtonnier du Barreau de Kinshasa/Gombe qui a souligné toute la peine que la mort du conseiller Masudi a provoquée à ses deux parents encore en vie, à son épouse et ses cinq enfants, et à la famille judiciaire. Un rappel des fragments de sa vie a dévoilé que ce juge avait terminé ses études universitaires à l’université de Lubumbashi où il avait décroché sa licence en droit option droit judiciaire. Passionné de droit, il a été recruté comme substitut du procureur de la république à Mbuji-Mayi. Des années passées comme magistrat au parquet, Claude Masudi sera nommé juge aux tribunaux, avant de rejoindre la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe.
Le représentant du bâtonnier retient de lui qu’il aimait la discussion en droit et émettait de points de vues soutenus qui trahissait sa passion. Pour terminer, il a demandé à la cour de prendre acte de son décès, de le délier de son serment de magistrat et de l’inhumer dignement.
Le ministère public s’est pour sa part, attardé sur les qualités de ce magistrat qui était une bougie allumée dans les ténèbres. Car, il a su puiser d’énormes ressources dans la compétence pour chasser la médiocrité, et le courage pour chasser la nonchalance, luttant énergiquement contre la maladie qui l’avait rongée depuis des années.
L’avocat général Kayumba Sultani a noté que le conseiller Masudi qui a quitté la terre des hommes, nous lègue son modèle de ténacité et de courage, afin que nous puissions nous interroger nous aussi, qu’allons-nous laisser comme modèle à nos collègues ?
Il a alors pris acte de la mort du conseiller Masudi et émis un avis favorable pour qu’il soit délié de son serment de magistrat et qu’il soit inhumé dans la dignité.

Se basant sur tous ces éléments, le président Freddy-Nicolas Kedinshiba a ému toute l’assistance, par son éloge funèbre. Il a déploré le grand vide que laisse le conseiller Claude Masudi dans la famille judiciaire, poussant chacun de nous à chercher à savoir ce qu’il adviendra de nous quand ce sera notre tour.
Cette pensée qui interpelle tout homme, tout responsable, a fait observer le président Freddy-Nicolas Kedinshiba, doit être le point de départ d’une nouvelle prise de conscience pour chacun de nous sur notre rôle sur cette terre des hommes. Et particulièrement pour les membres de la famille judiciaire qui partage avec la famille éprouvée toute la douleur, après avoir été frappée par plusieurs deuils.
Certes, la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe vient de perdre un magistrat courageux, obstiné, un homme qui a bravé la maladie jusqu’à la mort. Surprenant, a fait remarquer le président Freddy-Nicolas Kedinshiba, le conseiller Masudi Idumbo n’avait pas manifesté la fatigue et gravissait les escaliers du Palais de justice, pour répondre aux audiences chaque qu’on avait besoin de lui. Pathétique est aussi le fait que dans le souci de parfaire ses connaissances et contribuer au redressement de la justice, il avait sollicité au 1er président de la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe de le maintenir dans le roulement des audiences foraines. Bien que bravant sa maladie, le conseiller Masudi Idumbo a enfin demandé au président de sa chambre, de vider toutes les affaires en délibéré, avant son départ pour des soins médicaux appropriés à l’extérieur du pays, à la fin de ce mois de novembre.
Siégeant en audience solennelle d’adieu, le ministère public entendu, la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe a dans son arrêt, pris acte du décès du conseiller Masudi Idumbo, le délie de son serment de magistrat et a ordonné son inhumation au cimetière choisi par sa famille, avec honneur et dignité. Les frais de cette instance ont été mis à charge du trésor public.
Signalons que le 1 er président Stanis Kebo Kitoka, très affecté par la brutale disparition d’un de ses collaborateurs, a reçu des messages de soutien durant cette épreuve, de la part des membres de la famille judiciaire. Auparavant, il a apporté tout son réconfort à la veuve et aux cinq orphelins.
J.R.T.

LEAVE A REPLY

*