Cour d’Appel de la Gombe : affaire « Sykin » : les 7 appelants invités à se coaliser

0
47

 La Cour d’Appel de la Gombe a accueilli le mercredi 29 septembre  la première audience en appel des différentes parties engagées dans l’affaire « Dangbele et Consorts », se disputant la concession immobilière « Zamat », située sur l’avenue Kabasele Tshiamala (ex Flambeau). Au cours de cette journée, le conseil de la famille Dangbele, représenté, par Me Richard Bondo, a sollicité auprès du juge que toutes les parties contestataires, au nombre de sept, puissent se mettre ensemble afin de plaider une cause commune car il s’agit d’un même dossier. Ainsi donc, pour cette raison et avec l’accord des appelants, le juge a décidé le renvoi de l’audience au 3 novembre prochain.

            Notons qu’après que le jugement au premier degré ait été rendu le 19 novembre 2008 en faveur de la succession Dangbele, les parties lésées dont le général Didier Etumba, chef d’Etat-Major Général des Forces armées de la République du Congo(FARDC) ; Ngoy Kasanji (gouverneur de la province du Kasaï Oriental), Ngalula Milambo Kazadi Kabongo et consorts, ont refusé de lâcher prise.

            Depuis lors, a-t-on appris de la succession Dangbele, cette famille peine à faire arrêter les travaux qui s’effectuent sur le lieu. En clair, le jugement de la justice ne lui a pas permis de jouir jusqu’à ce jour de ses droits dans la dite concession car les travaux de construction des immeubles se poursuivent allégrement sur le site « Zamat ».

            Pour rappel, l’affaire de cette succession remonte à 2006. Le propriétaire de la concession Zamat, ex SYKIN, avait porté l’affaire devant les cours et tribunaux pour protester contre un faux arrêté ministériel du 24 février 1998, qui donnait droit au morcellement de la concession, par le conservateur des Titres Immobiliers du District de Lukunga. Ce dernier avait morcelé et monnayé une grande partie de la concession aux sept occupants, qui construisent illégalement sur le site restitué aux Dangbele.

Tshieke Bukasa

LEAVE A REPLY

*