Le Coordonnateur national du Programme WASH parle  de la Journée mondiale de l’eau

0
42

En marge de la Journée mondiale de l’eau, célébrée le 22 mars de
chaque année, un atelier de démarrage et d’appropriation du Projet
d’appui à la capitalisation des canaux et supports de communication
pour la promotion de la durabilité des ouvrages WASH(Eau, hygiène et
assainissement) et de recevabilité auprès des bénéficiaires avait été
organisé, en février dernier, par l’ong Caritas Congo en collaboration
avec Caritas Allemagne.
Douze Caritas diocésaines et des représentants des ministères de la
santé et de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et
professionnel), ainsi que ceux de l’Unicef avaient pris part à cet
atelier dont les travaux s’étaient déroulés au Centre d’accueil de
Caritas à Kinshasa. On renseigne que tous les 12 diocèses attendus
avaient répondu présents aux travaux. Il s’agit notamment des diocèses
de : Kisangani, Isangi, Bukavu, Kongolo, Kenge, Kikwit, Lisala,
Kisantu, Kananga, Mbuji-Mayi, Luebo et Luiza.
Entre autres conclusions prises à ces assises, il avait été
recommandé aux participants d’œuvrer en vue de la matérialisation du
Programme VEA (Village et école assainis). L’atelier a également
permis aux participants de bénéficier d’un renforcement en capacités
dans les aspects liés à la gestion en ce qui concerne le Programme
VEA. De même, ils ont aussi obtenu une meilleure connaissance du
Programme VEA avec sa nouvelle approche basée sur le centre de santé
assaini. Des échanges sur les actions à mener sur le terrain en cette
année 2017 ont été organisés à l’occasion.
On rappelle, à propos, que le Projet Coopération Agreement national,
PCA, a été signé le 11 novembre 2016 par la Caritas Allemagne et
l’Unicef pour une durée de 10 mois.
A la clôture des travaux, le Coordonnateur national du Programme WASH
Dieudonné Banza, avait exhorté les participants à poursuivre les
tâches qui leur ont été confiées et à s’en tenir aux conseils et
recommandations formulés par les formateurs.
Placée sous le thème international « Les eaux usées et les moyens de
les utiliser », la célébration de la Journée mondiale de l’eau servira
d’occasion pour sensibiliser les populations sur le bien-fondé de ne
pas gaspiller les eaux usées. Car, il y a possibilité de les
réutiliser. Par exemple, il est possible de réutiliser l’eau grise sur
nos jardins et parcelles. Tout comme on peut aussi réutiliser les eaux
usée, en villes, pour les espaces verts. On indique, à ce sujet, que
pas moins de 80% des eaux usées provenant des lieux d’habitation, des
villes, de l’industrie et de l’agriculture sont rejetées dans la
nature, polluent l’environnement et appauvrissent les sols.
Face à cela, on conseille d’améliorer la collecte des eaux usées et
leur traitement en vue de la réutilisation. Cela aidera à réduire la
quantité d’eaux usées non canalisées qui polluent l’environnement.
« En exploitant cette précieuse ressource, nous ferons en sorte que
le cycle de l’eau fonctionne mieux pour chaque être vivant. Et nous
aiderons à atteindre l’Objectif 6 du développement durable visant à
réduire de moitié la proportion d’eaux usées non traitées et à
augmenter le recyclage de l’eau et la réutilisation sans risque »,
conseille-t-on.
Au plan national, le thème choisi est « Consommons uniquement de
l’eau potable pour éviter le choléra ». Des conférences seront
animées, en marge de cette célébration, en vue de sensibiliser les
Congolais sur le danger des maladies hydriques particulièrement le
choléra et ses conséquences pour la santé humaine.
Dom