Coopération triangulaire : la JICA fait don des tables et chaises à l’IEM-Kinshasa

0
28

L’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a offert à l’Institut d’Enseignement Médical (IEM)/Kinshasa, le lundi 29 novembre 2010, un lot de soixante-six tables et chaises. Celles-ci ont été fabriquées par l’Institut National de Préparation Professionnelle (INPP), sur la 11ème rue, quartier industriel, dans la commune de Limete. La cérémonie de remise officielle de ces bancs-pupitres s’est déroulée au siège de cet institut médical, dans l’enceinte de l’hôpital général de référence de Kinshasa (ex-Mama Yemo). 

            Tout en se réjouissant de cette nouvelle acquisition, le directeur de cet établissement scolaire, Jean-Bosco Tshishiku Lumumba, a loué ce geste hautement significatif de la JICA lequel contribuera à coup sûr à l’amélioration des conditions d’études des récipiendaires. « Depuis les pillages de triste mémoire de septembre 1991 et ceux de janvier 1993, c’est la première fois que l’Institut d’Enseignement  Médical de Kinshasa bénéficie d’un appui de ce genre », a-t-il relevé.

 S’apaisantissant sur la qualité des tables et chaises offertes à l’établissement, il a vanté l’expertise de l’INPP. Il convient de retenir que l’IEM organise trois filières dont les sections Infirmière, Techniques d’assainissement et Assistant en pharmacie.

            De son côté, le représentant résident de la JICA en République Démocratique du Congo, Eiro Yonezaki, a déclaré  que la remise des bancs-pupitres se situe dans le cadre de la coopération triangulaire JICA-INPP-IEM. A cet effet, la JICA a tenu à pallier la carence criante des écritoires au sein de cet institut d’enseignement médical. Toutefois, son institution compte réhabiliter complètement l’IEM dans trois ans,  plus précisément au cours de l’année 2013. Une promesse ferme de Eiro Yonezaki.

            Pour sa part, l’Adg de l’INPP, Maurice Tshikuya, a indiqué que les tables et chaises mises à la disposition de l’IEM ont été fabriquées par les stagiaires, des soldats démobilisés. « Si nous pouvons partager nos expériences, mettre ensemble nos idées, nous pourrons commencer à compter sur nous-mêmes… Mais, on ne peut pas développer les compétences sans améliorer les conditions matérielles ».

            Représentant le ministre de la Santé publique, le directeur Komba de la 6ème direction dudit ministère a exhorté les bénéficiaires au bon usage de ces bancs-pupitres, lesquels constituent non seulement le patrimoine de l’institut, mais également sa fierté. 

Michel  LUKA    

LEAVE A REPLY

*