Coopération militaire : Africom et FARDC assurent des soins gratuits à la population

0
35

En partenariat avec le commandement  américain pour l’Afrique (AFRICOM), les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) organisent, du 06 au 18 septembre à Kinshasa, un exercice conjoint d’aide humanitaire  militaire dans le cadre de la santé en faveur de la population congolaise. Le lancement de cette manœuvre  dénommée MEDFAG 10, a eu lieu hier lundi 6 septembre au centre supérieur militaire de Ngaliema, par le ministre de la Justice et des Droits humains, Luzolo Bambi qui a représenté le ministre de la Défense et Anciens combattants, empêché. Luzolo Bambi a  déclaré que ceci est le fruit  d’une coopération de l’armée des USA et des FARDC concernant leurs services de santé respectif. Signe d’un partenariat entre les deux Etats. 

            L’objectif de cette manœuvre  consiste en l’amélioration de  l’image des Fardc vis-à-vis de  tous leurs partenaires, particulièrement des USA et aussi de la population, à travers une unité médicale d’intervention.

            Le colonel Gilbert Kabanda, médecin directeur général du service de santé des forces  armées  a tablé sur les prescrits de la loi selon lesquels le service de santé des forces armées congolaises a pour mission d’assurer l’appui  médical aux troupes combattantes et de participer activement  aux secours médico-sanitaires à la population en cas de catastrophes, d’épidémie et d’autres urgences médicales. D’où « ce triple cadre juridique, managérial et opérationnel a inspiré la direction générale du service de santé dans la création, en aout 2007, d’une unité d’élite dénommée Unité d’intervention rapide (UMIR) », s’est-il expliqué.  Il a noté que l’UMIR est composée de 11 compagnies médicales réparties sur toute l’étendue du territoire dont 4 sont opérationnelles  à Kinshasa, à Lubumbashi, à Bukavu et à Kananga. « Ces  quatre compagnies ont la capacité technique d’assurer le ramassage des blessés au front de combat ou sur le site des catastrophes, d’assurer la réanimation des cas grièvement blessés et d’effectuer des interventions chirurgicales de stabilisation avant une évacuation vers les structures fixes. ». Il a, en outre, ajouté qu’au cours de cet exercice, il sera question de tester la capacité opérationnelle des hommes, des équipements et une organisation de l’armée américaine. 

Manœuvre à 2 volets 

            Il a été donné d’apprendre que la manœuvre comporte premièrement  le volet humanitaire. Celui-ci est un exercice de soins médicaux gratuits à la population civile à la cité. Ici, on précise que durant 4 jours, cette action civique humanitaire va s’effectuer de 9h00  à 17h00. Cette dernière « sera un test de la capacité du service de santé et des partenaires américains à prendre médicalement  en charge la population civile en détresse. », a souligné le colonel Kabanda.

Le 2è volet  sera une simulation de catastrophe avec  blessés en masse. Ici, on a appris  que  80 hommes de l’UMIR  démontreront, aux cotés des partenaires américains, comment doit s’organiser idéalement  la chaine d’intervention rapide, du point de chute des blessés à la station de tirage et de là, à l’hôpital chirurgical mobile.  Cette manœuvre sur les blessés de masse interviendra le 16 septembre dans un camp militaire local. 

400 participants en formation académique 

            Bien avant l’exécution de ces deux volets, il s’organise dès ce mardi, à l’intention de 400 militaires congolais et américains,  une séance académique au centre supérieur militaire. Pendant 5 jours, ils  auront à échanger leurs expériences technique et scientifique, dans les domaines d’appui médical et d’action humanitaire civique.

            Lieutenant colonel Todd L. Johnston, représentant de MEDFLAG 10, a reconnu  avec fermeté le travail assidu ainsi que la franchise des Fardc. Estimant que ce partenariat sera un succès  pour la paix, la sécurité au sein du continent africain.

            Expliquant la raison d’être de MEDFLAG 10, le chargé d’affaires ad intérim de l’ambassade américaine, a, pour sa part, évoqué rétrospectivement les évènements tragiques vécus à Sange où l’essence s’est déversé sur des gens réunis pour la coupe du monde. A ce sujet, il a dit comment le personnel burkinabé est intervenu. Concernant la RDC, il a indiqué qu’environ 500  citoyens congolais bénéficieront de cet exercice médical, le but étant de réduire le désastre au sein de la  population et améliorer le système de santé de populations.

            Il y a lieu de signaler que MEDFLAG est un exercice médical annuel qui rassemble des membres de l’armée des Etats-Unis et leurs homologues des forces armées africaines. MEDFLAG 10 comprendra les équipes médicales militaires américaines et congolaises. 

 Sylvestre Saidi Nyota

 

 

LEAVE A REPLY

*