Coopération bilatérale : la RDC et la Fédération Wallonie Bruxelles satisfaites

0
64

Fédération Wallonie BruxellesLa troisième commission mixte RDC- Fédération  de la Wallonie Bruxelles a procédé cette semaine à  Kinshasa à l’évaluation des activités entreprises pendant la période 2011- 2013.  Secteurs ciblés :   l’agriculture, la culture, la gouvernance décentralisée et l’éducation.  Christian Carette, inspecteur général à la Wallonie Bruxelles  International  et  Luc Madinda, directeur chef de service  à la Coopération Internationale, ont paraphé les documents  confirmant la fin de cette évaluation. Cela s’est passé hier mercredi 26 février 2014  à la Délégation de la Wallonie Bruxelles « DBI ».

Dans son  mot  de circonstance,  Madinda   a affirmé que les deux parties  sont descendues sur terrain pour entrer en contact avec les bénéficiaires des projets retenus dans le cadre de la troisième commission.  Carette a loué le dynamisme des promoteurs de ces projets tout en remerciant les décideurs politiques pour l’accueil qu’ils ont réservé à la délégation francophone belge.

 Quel est le coût global des projets retenus pendant les trois ans passés ?

Les bénéficiaires sont –ils satisfaits du travail réalisé ?

Y a-t-il une croissance nette si on se réfère à la l’exercice précédent ?

Quel message comptent livrer les Congolais à la rencontre d’octobre 2014 à Bruxelles ?

Les deux officiels ont fait savoir  qu’une trentaine de projets ont été retenus pendant l’exercice qui vient de s’achever. Les bénéficiaires sont largement satisfaits. En ce qui concerne l’INA, par exemple ; Christian Carette est revenu sur le quitus de l’Etat congolais en ce qui concerne l’introduction du troisième cycle dans cet établissement supérieur mais a déploré le fait que cet institut supérieur ne dispose  pas de ses propres bâtiments.   Le Centre Agronomique Vétérinaire et Tropical de Kinshasa, le Cedersuk….sont les autres bénéficiaires de cet exercice.

Par ailleurs, des profs expatriés dispensent des cours à l’Académie de Beaux-Arts, a-t-il ajouté.

Madinda a relevé le  changement des mentalités  en ce qui concerne l’aide à accorder aux potentiels bénéficiaires. Il a fait savoir que désormais les partenaires ont des secteurs précis sur lesquels ils interviendront et si un autre bailleur s’intéresse à un domaine « réservé », on le lui fera savoir.

Quant à la contribution de la partie congolaise , il  a dit  que l’Etat congolais met par exemple des bâtiments à la disposition des partenaires, épinglant  aussi la présence des congolais dans des structures comme la DBI et bien d’autres encore.

 Une mort lente

Quant au message censé amener les Congolais à Bruxelles, Madinda a fait savoir  qu’en avril  2014, on  va lancer des  appels à projets. Plusieurs ongs ne sont pas  viables. Seuls les projets reconnus crédibles vont être retenus, a-t-il indiqué.  Pour ces projets, il faudra trouver des partenaires du Nord censés les soutenir.

La mission du ministère des Affaires Etrangères est de  négocier, mobiliser,  et rechercher des ressources, a-t-il noté.

Tout en saluant l’apport des partenaires de la Fédération de la Wallonie Bruxelles, beaucoup de nos compatriotes aimeraient les voir accorder une attention particulière à la Faculté Polytechnique de l’Unikin. Cet appel de détresse se justifie dans la mesure où cette faculté se meurt, faute d’enseignants dignes de ce nom. Jadis elle regorgeait des enseignants de renom, à l’instar de Félix Malu, Bingoto, Pierre Ileo,  Bertin Bagula… Ces célébrités disparues, cette faculté souffre de la carence d’enseignants.

 Jean- Pierre Nkutu

LEAVE A REPLY

*