Coopération Belgo-Congolaise : cap sur l’amélioration de la sécurité alimentaire par la semence

0
62
Le ministre national de l’Agriculture, Pêche et Elevage, Jean-Chrysostome VAHAMWITI, a inauguré, le 19 juin 2012, à Kenge, dans le district de Kwango, un laboratoire semencier construit grâce à la Coopération technique belge (C.T.B.). Plusieurs personnalités – parmi lesquelles Koko Pembe, ministre de l’agriculture de la Province de Bandundu et Dominique Struye de Swienlande, ambassadeur de la Belgique en RDC – ont  assisté à cette inauguration. Ce laboratoire fait partie du projet « Appui au Secteur Semencier » (A.S.S.). Il a été créé à l’initiative de la DGCD et est exécuté par le CTB en partenariat avec le ministère de l’Agriculture et du Développement rural.
 Démarré depuis le 05 juillet 2007, ce projet vise principalement la mise en place de la filière semencière des cultures vivrières (notamment manioc, maïs, riz, haricot, arachide, niébé et soja) dans les provinces de Bas-Congo, Bandundu, Kasaï-Oriental, Katanga et, récemment, dans la Province Orientale. L’objectif recherché est de contribuer à la lutte contre la pauvreté et favoriser la sécurité alimentaire par la relance de l’agriculture, particulièrement à travers la relance de la filière semencière.
 
En inaugurant le laboratoire semencier de Kenge, le ministre national de l’Agriculture a promis de faire le nécessaire pour la promulgation de la Loi sur les semences enfin de mieux gérer ce secteur vital pour l’autosuffisance de la RDC. Il a loué à cette occasion la coopération entre le Royaume de Belgique et la RDC dans le secteur agricole qui a permis la réalisation des projets sociaux comme celui-ci. Par ailleurs, Dominique Struye a présenté l’effort financier et l’implantation géographique de ce projet. En effet, il a noté que les appuis accordés au secteur semencier couvrant les années 2007-2012 se chiffrent à 6 millions d’euros et se répartissent sur les cinq provinces précitées. Pour lui, ces appuis visent la restructuration de la filière semencière notamment par la mise en place du Conseil National Semencier et des Conseils Provinciaux Semenciers ; la prise en charge de leur fonctionnement et l’amélioration du processus pour l’agrément des agri-multiplicateurs par le SENASEM (Service national des semences).
 
Dix laboratoires semenciers pour renforcer le SENASEM
 
L’ambassadeur du Royaume de Belgique en RDC a souligné que ce projet  contribue au renforcement du SENASEM avec la construction du laboratoire national de semences à Kinshasa et de neuf laboratoires provinciaux de semences, respectivement à M’Banza Ngungu et Boma au Bas-Congo ; à Kikwit et Kenge au Bandundu ; à Mbuji-Mayi, Kabinda et Lodja au Kasaï-Oriental ; à Lubumbashi au Katanga et à Kisangani dans la Province Orientale. Présentant le laboratoire de Kenge, il a estimé le coût des travaux  à 39.000 USD, avec du matériel pour le laboratoire évalué à 4.500USD et des meubles d’une valeur de 2.500USD. Décrivant le laboratoire de Kenge, il a signalé qu’il comprend un poste d’analyse des semences, deux bureaux pour les inspecteurs de la Senasem, 3 bureaux pour l’inspection agricole provinciale et un dépôt pour les semences. Dominique Struye a signalé que son vœu le plus cher est de voir toutes ces activités variées contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans les provinces soutenues. 
Il convient enfin de signaler qu’un expert de l’ASS, Wilfried Godderis avait, au préalable, présenté le projet CTB/MINAGRI ‘ASS’ : objectifs et synthèse des résultats réalisés.
 
SAKAZ

LEAVE A REPLY

*