Consultations de Joseph Kabila : Monsengwo «Oui au Dialogue … à condition de ne pas déborder»

0
186

kabila et mosengwoCommencées le lundi 1er juin avec les confessions religieuses, les consultations du chef de l’Etat se sont poursuivies hier mardi avec la même catégorie sociale, plus les représentants des chefs coutumiers.

Premier à être reçu, l’Archevêque de Kinshasa, le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, a passé près d’une heure d’entretien avec le Chef de l’Etat.

Interrogé au sujet de ce qu’il pense du dialogue, il a d’abord fait observer que le dialogue constituait le sujet de tous les jours. C’est le dialogue qui est au centre des consultations que le chef de l’Etat Joseph Kabila est en train de mener depuis la veille.

«Faut-il un dialogue ?» S’est-il interrogé, en indiquant que le dialogue présage que l’on sait réellement ce que l’on veut. Il estime que le chef de l’Etat qui est en train de mener des consultations en connait bien l’objet.

Avant de lâcher : « Le dialogue est bon pourvu, qu’on ne déborde pas le délai constitutionnel ».

A la préoccupation de savoir s’il a des assurances que le délai sera effectivement respecté, le cardinal archevêque répond en ces termes : « je crois que le chef de l’Etat est en train d’écouter tout ce qu’on lui dit. Si la classe politique dit qu’il faut respecter, je pense que le chef de l’Etat en tiendra compte ».

            Comme message au peuple, le cardinal Monsengwo lui demande de faire confiance. « On a encore du temps. Et on saura exactement ce que l’on veut d’ici vendredi », a-t-il ajouté.

            Pourquoi être reçu particulièrement ce jour, alors que la hiérarchie de l’Eglise catholique a été reçue la veille ?

            Réponse : «parce que les choses se passent à Kinshasa, et nous avons un rôle particulier à jouer».

      Par ailleurs, le chef de l’Eglise catholique de Kinshasa a renseigné que l’entretien avec Joseph Kabila n’a pas seulement tourné autour du Dialogue national, mais ils ont également abordé d’autres choses. Notamment des accords conclus entre la RDC et le Saint Siège (Vatican), ainsi que de la fermeture des médias catholiques, il y a quelque temps, dont il réclame la réouverture.

            C’est ici qu’il a souligné qu’il est nécessaire d’avoir dans un pays le sens de la liberté et d’opinions. Car, a-t-il poursuivi, les uns pensent une chose, et les autres d’une autre façon. Il appartient donc au chef de l’Etat de rassembler tout le monde autour des consultations en vue de la recherche du consensus national.

            La deuxième délégation à être reçue par Joseph Kabila hier était par le représentant de l’Eglise orthodoxe en RDC qui n’a pas voulu dévoiler ses avis à la presse, se cantonnant à prêcher la prière aux Congolais.

            A son tour, le président des églises de réveil en RDC Albert Kankienza, assisté de trois de ses homologues chefs d’église, a déclaré en réponse à la question lui posée sur l’entretien qu’il venait d’avoir : « le chef de l’Etat a d’abord accédé à la demande de ceux qui voulaient le dialogue. C’est pourquoi il mène ces consultations pour recueillir les avis des uns et des autres ».

            Concernant l’objet et le contenu dudit dialogue, il a estimé que cela sera connu à l’issue des présentes consultations.

            Pour leur part, les églises dites indépendantes appellent les politiciens à accepter le dialogue au cours duquel tout sera discuté.

Même son de cloche pour les chefs coutumiers qui ont exprimé le vœu de voir le dialogue réussir en vue de préserver la paix dans le pays.

Kimbuta : l’initiative du Dialogue n’est pas du chef de l’Etat

 

            A la surprise des journalistes venus couvrir la suite des consultations de Joseph Kabila avec les confessions religieuses, le Gouverneur de Kinshasa André Kimbuta Yango a fait son apparition au Palais de la Nation.

Invité par la presse, après le défilé des invités du jour, le premier citoyen de la ville a d’abord tenu à préciser que le dialogue n’est pas l’initiative du chef de l’Etat. Il a été réclamé pour la première fois par la société civile notamment les églises. C’est l’UDPS qui fut à son tour le premier parti politique à le réclamer.

            Soulignant qu’il est contenu dans l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, le Gouverneur Kimbuta a exprimé le vœu de voir les fils et filles du grand Congo se réunir dans l’amour pour trouver des solutions aux problèmes de leur nation.

Avant de suggérer au chef de l’Etat d’écouter toutes les couches de la population afin de tirer des conclusions appropriées. Les maraichères, les infirmières, les jeunes…bref, André Kimbuta souhaite que le chef écoute tout le monde.

            « Faisons tout pour aller aux élections dans la paix. Saisissons l’occasion », a-t-il insisté en guise d’interpellation de ses compatriotes.

Dom