Congrès de l’ARC : O. Kamitatu « la RDC n’est pas un Royaume… »

0
148

DSC_0157 (1)Ouvert le samedi 15 novembre 2015 dans la salle des conférences de la paroisse Sainte Anne, le Congrès de l’Alliance pour le Renouveau du Congo (ARC) d’Olivier Kamitatu, qui revendique le statut de « maison-mère » par rapport à l’aile dissidente dirigée par Elysée Minembwe, a fermé ses portes le même jour dans la soirée. Entouré des membres de son staff, dont son fidèle compagnon de lutte Konde Vila Kikanda, le leader de l’ARC, Olivier Kamitatu, a procédé lui-même à l’ouverture et à la clôture dudit congrès.

Sous une pluie battante, les congressistes venus des quatre coins du pays lui ont réservé un accueil délirant. On a noté aussi la présence, à ce congrès de l’ARC, des sociétaires du G7, notamment Pierre Lumbi, José Endundo, Christophe Lutundula…

Des membres de la Dynamique de l’Opposition, dont Vital Kamerhe, Gilbert Kiakwama, Kalele… ont rehaussé également de leur présence cette messe politique.

Le discours d’ouverture d’Olivier Kamitatu a vite pris la forme d’un réquisitoire contre le glissement et le troisième mandat du Chef de l’Etat, Joseph Kabila. « La République Démocratique du Congo est bel et bien une République et non un Royaume, encore moins une monarchie constitutionnelle », a martelé l’ancien ministre du Plan, révoqué au lendemain de la fronde du G7 à l’intérieur de la Majorité Présidentielle.

Il a pointé un doigt accusateur sur ses anciens sociétaires de la majorité au pouvoir qui, selon lui, cherchent à conserver le pouvoir à tout prix.

« On ne peut diviser une nation pour le destin d’un seul homme », a déclaré l’autorité morale de l’ARC. Il a rappelé qu’il y a dix ans, des acteurs politiques congolais avaient scellé un pacte républicain en adoptant la Constitution. Ce pacte, a indiqué cet ancien proche de Jean-Pierre Bemba, était né d’un dialogue au terme duquel les bases d’un nouvel ordre politique avaient été jetées.

«Entre filles et garçons du Congo, nous avions décidé de briser le mur de la défiance pour nous retrouver autour d’un idéal commun, bâtir une démocratie moderne et reconstruire une Nation forte et prospère », a souligné Olivier Kamitatu, avant de faire remarquer que dix ans après, les fondamentaux de la cohésion nationale issue du Dialogue Intercongolais sont toujours d’actualité.

L’élu de la province du Kwilu a affirmé que ceux qui, de près ou de loin, auraient l’intention de rompre ce pacte pour des considérations inavouées, sont en réalité les ennemis de la patrie.

            «Nous savons tous les efforts qui ont dû être faits pour mettre fin à la partition du pays, pour travailler ensemble, pour s’accepter mutuellement malgré nos divergences, malgré nos différences »,a-t-il ajouté.

            Olivier Kamitatu a réitéré la position de son parti, selon laquelle tout pouvoir vient du peuple et de lui seul, et personne n’a le droit de lui confisquer ce pouvoir pour des considérations ou des convenances personnelles.

Il a dénoncé le fait que certaines forces mettent tout en œuvre pour anéantir et réduire l’ARC au silence tout simplement parce que ses responsables transmettent aux Congolais un message républicain, clair et sans ambigüité, qui s’articule autour du respect de la Constitution.

 S’opposant farouchement au dialogue, ce fils d’un des pionniers de l’Indépendance de la RDC s’est engagé à combattre avec son parti tout projet de transition illégitime qui mettrait en péril la Nation congolaise déjà fragile.

            A l’issue du congrès, Olivier Kamitatu a été confirmé président national de l’ARC. Il sera secondé par Konde Vila Kikanda, vice-président chargé des questions politiques, juridiques et administratives, et Boris Mbuku, vice-président chargé des questions économiques et financières.

Bruno Lapika est maintenu Secrétaire général avec  deux adjoints, Florent Lebe et Hubert Thetika.

ERIC WEMBA