Condamné à mort pour viol et meurtre d’une mineure, Me Buffalo Nkaki : « je suis innocent, un jour la vérité triomphera… »

0
81

Zemanta Related Posts ThumbnailC’est au bout d’une audience fleuve de 6 heures que le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe a condamné à mort, le lundi 24 septembre 2013, Nkaki Kialungila Simon alias « Me Buffalo », pour viol et meurtre avec préméditation sur une mineure. Agée de 11 ans seulement et écolière de la 5ème année primaire à l’école officielle de Kintambo, la victime dénommée Daniela Manyonga avait été retrouvée morte le jeudi 19 septembre 2013 dans une maison inachevée dans la même commune. C’est à la suite d’une dénonciation de ses amies, mêlée à la clameur publique, que le Ministère public s’est saisi de cette affaire, pour poursuivre Me Buffalo sous RP 22.033. Une foule nombreuse a assisté à cette audience de flagrance, exceptionnellement organisée dans la salle de la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, sous la présidence de la juge Nkoko Kimbembi. Figuraient aussi dans la composition, Ramazani (1er juge), Kapita (2ème juge), Mafinge (officier du ministère public) et Mme Nyamakila (greffière).

 Face à un auditoire  surchauffé et pris d’assaut, autant par des officiels (ministres, députés, bourgmestres, etc.) que par des membres de la famille éprouvée, leurs amis et connaissances, ainsi que de nombreux curieux et anonymes, Me Buffalo a solennellement proclamé son innocence au prononcé du verdict. « Ma dernière parole, je suis innocent. Un jour, la vérité triomphera. Le coup est monté, c’est une cabale. Je serai déjà en fuite si j’avais commis ce meurtre ! », a-t-il déclaré, ne jurant que par son innocence.

En effet, à en croire celui qui est désormais présenté comme le « boucher» de Kintambo, le jour de la découverte du corps de la défunte Daniela, il était sur les lieux du crime vers 9 heures. Épouvanté par ce crime, raconte-il, il aurait même suggéré à la grand-mère de la victime de faire venir Molière Télévision, une chaîne locale spécialisée dans la diffusion des images des crimes. Habitué à rejoindre son lieu de service à 8 heures, le condamné, Me Buffalo, a essayé de justifier son retard, devant les juges, en affirmant que c’est la découverte du corps de Daniela qui l’avait troublé.

Rappelons que le corps de la petite fille a été retrouvé enveloppé dans un pagne de 1,33 m, vêtu d’une jupe uniforme et d’un singlet. Alors que son cou semblait avoir été tordu et la bouche légèrement entrouverte, les parties génitales étaient grandement perforées, gonflées et ouvertes, laissant couler du sang.

D’après l’Organe de la loi, la Police criminelle avait constaté, dans les parties intimes de la victime, 5 compresses de bandes hygiéniques et des traces de brûlure autour du sexe. L’officier du ministère public a fait noter que dans la résidence du prévenu, sise sur Maï Ndombe numéro 3, quartier Wenze à Kintambo, malgré l’incendie provoqué par la foule en furie, il a été aussi découvert des compresses, un sachet de produits aphrodisiaques « Augmenta », des photos des jeunes filles, des CD, etc. « Le domicile de Me Buffalo Nkaki était donc porteur des mêmes effets découverts dans l’organe génital de la pauvre Daniela… ».

            Pour sa défense, le Karateka, ceinture noire 2ème dan, a indiqué que l’ouate lui servait pour ses soins chaque fois qu’il allait se faire coiffer. Concernant les bandes hygiéniques, Me Buffalo a simplement dit qu’il ne les reconnaissait pas. « C’est une cabale ! Pourquoi l’aurais-je tué et resté sur place, au lieu de fuir lorsque la foule est arrivée en masse ? C’est plutôt moi qui suis allé vers la police pour dénoncer le pillage de notre résidence !», s’est-il exclamé.

                                               Personnalité obscure

            Deux fois veuf et père de 6 enfants, Me Buffalo a été présenté par le Ministère public et la partie civile comme une personnalité ténébreuse. A les en croire, l’une des femmes de Me Buffalo piqua une crise et mourut à la suite de la découverte d’une scène d’ébats sexuels entre son mari et sa propre fille ! D’après eux, il a même eu un  enfant avec une de ses filles.

            Propos balayés d’un revers de la main par Me Buffalo, agent technicien au comptoir Didiam, demandant par ailleurs à l’Organe de la loi d’apporter la moindre preuve de ces allégations. « Je vis avec mes 2 garçons, ma fille et mes 2 petits-enfants. On dit que la fille s’est perdue un mercredi à 12 heures, moment durant lequel je suis toujours au service… », s’est-il défendu.

            Selon l’expert de la Police scientifique qui s’exprimait devant les juges, les mêmes bonbons ont été retrouvés dans le sac de la petite Daniela et dans la chambre de l’accusé. Pour ce dernier, il en consomme souvent lorsqu’il prend du vin et en avait en réserve pour donner à ses petits-enfants.

            Revenant à la charge, la partie civile a fait remarquer au tribunal que l’accusé n’a pas osé prouver son alibi d’avoir été à son boulot le mercredi, jour de l’enlèvement de la petite Daniela. «Il aurait dû, de lui-même, déclarer avec précision où il était, avec qui il était et qui l’a vu, ce qu’il n’a pas pu faire», a signalé un avocat de l’accusation.

            Non convaincue des preuves avancées par l’accusation, la défense de Me Buffalo Nkaki a déclaré que son client était amené devant les juges sans la moindre preuve, sur base des suppositions. « Les noms des dénonciateurs ne sont jamais arrivés, le Ministère public, comme un Chinois, s’acharne sur quelqu’un qui risque la mort, alors que la police scientifique est incapable d’apporter les PV de ses constatations…Le sort de notre client est scellé d’avance, surtout avec cette présence nombreuse des autorités politiques du pays », a-t-elle souligné.

            Il convient de noter qu’au prononcé du verdict condamnant l’accusé à 20 ans d’emprisonnement pour viol, 100.000 USD d’amende et la peine capitale pour meurtre avec préméditation, des applaudissements se sont élevés dans la salle d’audience. Cependant, le criminel a manifesté son mécontentement et son intention d’interjeter appel. Décision que ses avocats ont promis de concrétiser dans les prochains jours.

Tshieke Bukasa  

LEAVE A REPLY

*