Concours du concours national de dictée : sur 5 lauréats : 3 du Sud-Kivu et 2 de Kinshasa

0
108

Les 44 candidats dont 24 filles, élèves des 5èmes années primaires, provenant des onze provinces administratives de la Rd Congo – chaque province ayant envoyé 4 de ses meilleurs candidats sélectionnés sur place par un concours provincial – ont participé à  la finale de la Deuxième édition du Concours National de Dictée (CONADI), organisée par le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.). Cette finale s’est tenue le vendredi, 28 juin 2013, au Salon Congo du Grand Hôtel Kinshasa (GHK), dans la commune de la Gombe, devant un parterre d’invités, sponsors, partenaires éducatifs et autorités scolaires de la République dont Maker Mwangu Famba, ministre de l’E.P.S.P., qu’entouraient ses principaux collaborateurs nationaux et provinciaux. Il convient de noter également la présence des représentants de la Ville-Province de Kinshasa.

Selon les résultats proclamés par l’inspecteur général à l’EPSP, Michel Djamba – pour connaître les cinq premiers lauréats attendus conformément au règlement du CONADI – la Province du Sud-Kivu a remporté les 1ère, 2ème et 4ème places ; tandis que la Ville-Province de Kinshasa a raflé les 3ème et 5ème places. Ces cinq lauréats – dont 4 filles et un seul garçon – ont obtenu des prix prévus par le concours, tandis que les 39 autres participants ont reçu, à des degrés divers, des prix d’encouragement. L’Inspecteur général à l’EPSP a classé aussi les provinces selon le total des points obtenus sur un maximum de 40 points attendus par le CONADI. Ce critère a placé le Sud-Kivu à la première place avec 37/40 ; suivi de Kinshasa avec 35/40 ; du Bas-Congo : 33/40 ; du Katanga : 32/40 ; du Kasaï-Oriental : 32/40 ; du Nord Kivu : 30/40 ; de Bandundu : 28/40 ; du Maniema : 26/40 ; du Kasaï-Occidental : 26/40 ; de la Province Orientale : 25/40 et de l’Equateur : 24/40. Le fait que toutes les provinces aient obtenu globalement un pourcentage élevé dans cette émulation a conduit Michel Djamba a constaté qu’en réalité, tout le monde a réussi, mais le règlement du concours a prévu uniquement de considérer les cinq premières places.

Une initiative pour promouvoir le leadership de la jeunesse scolaire

         Initiative du ministre de l’EPSP et considéré lors de sa première édition comme une simple bonne initiative éducative, le CONADI s’est révélé dans cette deuxième édition comme un des événements nationaux appelé à marquer l’avenir de la jeunesse scolaire par la fierté de réussite et l’émulation qu’il imprime tant entre les différentes provinces que dans le mental de chaque jeune participant à vouloir concourir pour un leadership dans le domaine de la lecture-écriture. Prenant la parole à cette occasion, Maker Mwangu Famba a souligné que la dictée était une activité d’apprentissage par laquelle l’élève s’entraîne à maîtriser la pratique de l’écrit dans cette langue. Elle vise à le rendre capable d’écrire correctement les sons, les phrases, le texte à l’audition, en plaçant correctement la ponctuation requise en référence à la modulation vocale correspondant aux signes appropriés. La bonne orthographe lexicale et grammaticale d’un texte écrit révèle, selon lui, la bonne formation de son auteur. C’est ainsi qu’il a expliqué que les élèves congolais apprendront la lecture-écriture à la fois en langues nationales – Lingala, Kikongo, Swahili et Tshiluba – et en Français, dans le cadre de la Réforme éducative en cours et de l’enseignement multilingue au niveau de la formation fondamentale.

En outre, le ministre de l’EPSP n’a pas oublié de  mentionner les efforts du gouvernement pour faire aboutir cette Réforme éducative et le Projet de la Révolution de la modernité, en portant la part du Budget allouée à l’Education à 18%, s’approchant ainsi de la moyenne pour l’Afrique au Sud du Sahara ; de même la mise en place d’un ‘Compte d’affectation spéciale dont une première tranche de 100 milliards de Fc a été libérée et permet, depuis mai 2013, la construction et la reconstruction des infrastructures scolaire dans le cadre du Programme Intérimaire de l’Education (PIE). Auparavant le directeur de cabinet du gouverneur de la Ville-Province de Kinshasa a prononcé un mot de bienvenue pour marquer l’adhésion de sa ville à ce concours et accueillir tout le monde, particulièrement les délégations venues des autres provinces.

SAKAZ 

LEAVE A REPLY

*