Concours sur le Droit international humanitaire : six universités congolaises en compétition

0
46

c rougeLe Comité International de la Croix-Rouge(CICR) organise, depuis hier 27 octobre 2014 à la Maison de France (Halle de la Gombe), un concours de plaidoirie en droit international humanitaire, ouvert exclusivement aux étudiants des 1ère et 2ème licences des facultés de droit. Au total, douze étudiants des  universités de Kinshasa, Uélé (Province Orientale), Semuliki (Nord-Kivu), Kolwezi (Katanga), Mbuji-Mayi (Kasaï Oriental) et l’Université Catholique de Bukavu (Sud-Kivu), participent à cette épreuve. Un jury composé des techniciens du droit international humanitaire et constitué à cet effet, va rendre son verdict ce mercredi 29 octobre 2014.

         Articulée autour d’une situation de conflit dans un pays fictif, cette activité donnera, selon les organisateurs, l’occasion aux participants de se mettre dans la position de différents acteurs-procureurs, avocats de la défense ou conseillers juridiques de l’une des parties au conflit,  entre autres à travers des jeux de rôles et des simulations. Les étudiants devront ainsi mettre en application leurs connaissances théoriques dans des situations concrètes.

A l’issue de la finale de cette épreuve, la nouvelle équipe championne nationale pourra représenter le pays au Concours national régional soutenu par le CICR, qui se tiendra en 2015 à Niamey, au Niger. Ce sera alors une occasion de tester ses connaissances en affrontant les meilleures équipes issues des pays de l’Afrique francophone.

DIH : force dynamique

         Au nom du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire empeché, son directeur du cabinet adjoint a d’entrée de jeu, rappelé que cette phase finale a commencé par une présélection dans toutes les provinces. D’où son appel aux lauréats à plus de courage et de détermination dans cette phase finale.

         Pour sa part, la cheffe de délégation du CICR, Alessandra Menegon, a invité les candidats à se surpasser. Car, a-t-elle fait remarquer, au-delà de la maitrise des textes et des règles, ils devront démontrer avoir compris l’esprit de ces règles, la différence qu’elles peuvent faire dans la vie des victimes et ce qu’elles signifient pour les parties au conflit.

         Elle a souligné en passant que la notion de droit international humanitaire (DIH) n’est simplement pas la codification d’anciennes règles coutumières. Elle est une force dynamique, qui suit de près l’évolution de l’histoire et des conflits qui l’ont marquée. «  Pour les populations, l’application ou non du droit international humanitaire a des implications profondes et réelles sur le sort de personnes capturées, des blessés, mais aussi des familles séparées, des enfants emportés dans le tourbillon des conflits armés,… c’est dans cet aspect que nous invitons les six équipes à faire ressortir lors de leurs joutes », a-t-elle  laissé entendre.

         De son côté, Dominique Lutulu, président de la Croix-Rouge/RDC, a relevé l’intérêt de cette « gymnastique » qui fait de ces étudiants, des acteurs humanitaires indispensables. C’est par le canal de cette compétition que d’autres jeunes comprendront que la nécessité de s’intéresser aux questions humanitaires.

         Il sied de noter que le concours de plaidoirie en droit humanitaire, qui prendra fin le 29 octobre 2014, est organisé pour la 3ème fois en RDC. Son objectif ultime est de faire connaître le droit international humanitaire et d’en promouvoir le respect. Au-delà de son mandat connu de protéger et d’assister les victimes des conflits armés, le CICR a également reçu mission de garder et de promouvoir le droit international humanitaire.

Perside DIAWAKU

LEAVE A REPLY

*