Concertations nationales : un cadre de pression en gestation au sein de la Société Civile

0
31

Société CivileEn prévision de travaux  de concertations nationales, des membres de la société  Civile se sont réunis,   jeudi 15 août 2013, afin d’échanger sur  cet important rendez-vous qui doit déterminer de la suite de la marche par la nation après les élections chaotiques qui ont plongé le pays dans une crise profonde. Au centre de leurs discussions présidées par Danny Singoma , Directeur Général du Centre National d’Appui au Développement et à la Participation Populaire et secrétaire exécutif du Réseau Proddes,  les  membres des organisations de la société civile présents ont tour à tour planché sur l’implication de la société civile ainsi que le processus de paix en Rd Congo. Cette activé s’est déroulée en la salle de réunions de  Catiso /UNTC de  la commune de la Gombe pour  réfléchir sur la situation bouillonne  au sein de la classe politique congolaise.

En effet, cette rencontre avait pour but  d’établir une étude sur l’évolution du processus des concertations nationales et poser des préalables sur la participation de la Société Civile auxdites assises.  Deux points ont fait l’objet de discussions, à savoir : l’apport de la Société Civile  et sa représentation au niveau du présidium pour   représenter la société civile à ces assisses ?

Le débat qui s’en est suivi a abouti à la mise en place d’un cadre de pression. Lequel cadre va entre autre suivre de près le canevas des matières à défendre lors de ces concertations, relayer l’information pour membres non retenus par le presidium et enfin, mettre sur pied des mécanismes des communications efficaces pour informer la population congolaise. Ce, conformément à l’article 6 des concertations  qui stipule que les délégués de la Société Civile sont désignés par rapport à leur qualité et par leur organisation.

Etant donné qu’il existe près de 10 mille structures de la société civile sur l’ensemble du pays, l’auditoire a jugé bon de mettre en place un mécanisme pression. Ce groupe minoritaire des membres de la société civile a pour mission de faire le suivi et contrôle citoyens de leurs délégués aux concertations. A cet effet, ce groupe d’experts et le secrétariat technique vont travailler de manière à canaliser  toutes les énergies des organisations de la société civile dans la préparation du déroulement et mise en place des mécanismes de suivi des résolutions et recommandations.

«Si nous dormons, nous mourrons», lit-on. Pour passer de l’acte à parole, les participants se sont donné la mission d’élaborer un guide des matières que leurs délégués vont défendre au cours de ses assises. Les matières traitées dans ce guide seront relatives aux cinq thématiques tels que définis par le présidium.

Dorcas NSOMUE

LEAVE A REPLY

*