Concertations nationales : pour l’Opposition, «un Congrès» de la MP

0
77

ll n’a fallu que l’espace d’un week end pour recevoir un fleuve de protestations émanant de la classe politique au sujet de l’Ordonnance Présidentielle convoquant les concertations nationales. On compte plus d’une soixantaine des signatures des personnalités politiques de l’Opposition parlementaire et extraparlementaire sur un document déposé hier à notre rédaction. L’on y retrouve des noms qui ne passent pas inaperçus, tels Vital KAMERHE, José MAKILA, Gabriel MOKIA, fraichement sorti de la prison où il a purgé une peine de 42 mois, Oscar MUDIAYI, professeur KALELE KA BILA, Fidèle BABALA, Jean-Lucien BUSSA, Raymond RAMAZANI Baya, Jean-Baptiste BOMANZA, INGELE Ifoto, KUDURA Kasongo et BONGONGO Michel, Secrétaire général du parti de Léon KENGO Wa Dondo, qui est l’un de deux co-présidents de ce forum.Cet appel semble inaugurer d’autres protestations qui vont enrichir le décor de ce qui se profile à l’horizon, a indiqué un acteur politique de la vieille école de la première République encore en vie.

            L’Opposition Politique rappelle que l’initiative de la convocation de ce dialogue revient à elle et à la société civile congolaise, suite aux élections présidentielle et législatives de novembre 2011 « caractérisées par l’opacité, le fraudes massives ayant abouti à des résultats non crédibles, base de la crise politique qui est du reste aggravée par la déliquescence de l’Etat, son impuissance à défendre l’intégrité du territoire national, à assurer le bien-être des personnes ainsi que de leurs biens, la mégestion généralisée, la corruption, la concussion, l’impunité, le bradage et le pillage des ressources naturelles de la RDC. Ce tableau sombre a poussé la Conseil de Sécurité de l’ONU à prendre la résolution 2098 qui enjoint la RDC  d’organiser, avec les bons offices de l’Envoyé Spéciale et du Représentant Spécial du Secrétaire Général de l’ONU, un dialogue politique transparent et sans exclusive entre toutes les parties prenantes congolaises en vue de favoriser l’organisation d’élections provinciales et locales crédibles et transparentes ».

            De ce fait, l’Opposition Politique est convaincue que le Chef de l’Etat a violé délibérément l’article 215 de la Constitution par le non respect de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et la Résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU. Il a par ailleurs confondu le dialogue inclusif à un congrès de la Majorité Présidentielle dans la mesure où la convocation de ce forum devrait être précédée par « la mise en place d’un comité préparatoire incluant toutes les parties prenantes afin d’en définir le format, l’ordre du jour, le projet du Règlement Intérieur, les mécanismes de suivi et d’exécution des décisions ».

            C’est ainsi que l’Opposition Politique réclame la représentation égalitaire entre composantes que sont la majorité présidentielle, l’opposition politique, civile et armée, la société civile, y compris la diaspora. Elle refuse que le Président de la République, celui du Sénat et celui de l’Assemblée nationale assurent le suivi en lieu et place d’un comité de suivi incluant les quatre composantes décrites ci-dessus.

            Quant aux groupes thématiques, outre le fait que la situation sociale des Congolais n’a pas été prise en charge, nulle part l’on indique que seront débattus les problèmes de la légitimité du pouvoir, des viols massifs des femmes, des violations des droits de l’homme, de l’enrôlement forcé des enfants, des pillages et bradages des ressources naturelles, des biens mal acquis.

            D’une seule voix, les délégués des forces vives de l’Opposition mettent en garde contre toutes tentatives de révision de la Constitution, particulièrement les dispositions verrouillées de l’article 220 concernant la durée du mandat du Président de la République. Ils jurent sur les têtes de leurs ancêtres qu’ils ne se sentiront pas concernés par tout dialogue ou concertations nationales qui ne prendront pas en compte leurs préoccupations de forme et de fond, telles que décidées lors de la rencontre du lundi 01 juillet 2013.

F.M.

LEAVE A REPLY

*