Concertations nationales : Mugalu pour une participation significative des églises

0
35

Chef de la Maison Civile du chef de l’Etat, le pasteur Théodore Mugalu vient de donner de la voix au sujet de la convocation des concertations nationales.

« Les églises doivent aller à ces concertations pour honorer la famille. Car, l’actuelle Constitution a méprisé la famille et le mariage. A ces assises, les hommes de Dieu rappelleront aux handicapés spirituels que sont les politiciens que la famille devrait être instituée comme première institution du pays avant le président de la République, l’Assemblée nationale, le Sénat, le Gouvernement et les Cours et Tribunaux ».

            Il a exprimé ce point de vue en marge de la commémoration du 53ème anniversaire de l’indépendance nationale. C’était au cours de l’émission spéciale intitulée «Question d’actualité» avec pour thème : «Le rôle de l’église dans la pratique de la bonne gouvernance, 53 ans après l’indépendance de la République démocratique du Congo», organisée par la RTNC.

            Pour lui, le Code de la Famille devrait être adapté à la chaîne de commandement de Dieu afin d’interdire les abominations qu’on vit actuellement. Il a fait, à ce sujet, une recommandation spéciale pour qu’on arrête l’afro pessimisme et que tout en restant laïcs, les Congolais puissent constamment se référer à la Bible.

            Interrogé sur la pratique de franc-maçonnerie par certains dirigeants, se réservant d’émettre clairement une critique sur le sujet, Théodore Mugalu estime que ses compatriotes qui livreraient à de telles pratiques sont des handicapés spirituels pour qui il faut beaucoup prier.

Avant d’ajouter que l’homme ne doit pas vivre sans faire attention à l’agression de Satan. Sinon, il ressemblerait à un malade qui s’ignore à l’instar d’un fou.

C’est ici qu’il a dit sa désapprobation suite à l’attitude affichée par certains serviteurs de Dieu lors des élections où les uns avaient pris position pour leur propre ventre, et les autres pour le peuple, alors qu’ils devraient privilégier les intérêts de leurs fidèles.

Par ailleurs, il s’est montré très critique envers les dictateurs qu’il n’a pas hésité de qualifier de fous, estimant qu’il faut une clinique spirituelle pour soigner les dirigeants qui s’opposent à la bonne gouvernance.

Avant de déclarer que la RDC n’est pas encore passée par le chemin où elle doit dominer la création.

            «Le peuple congolais a besoin d’un couloir par lequel marcher pour jouir de ses richesses conformément au verset biblique Psaumes 33 :12 qui énonce : Heureuse la nation dont l’Eternel est Dieu.

 

L’ambassadeur Mugalu pour une révision qui privilégie l’impérissable

            Invité à émettre un avis sur le débat qui oppose actuellement la classe politique au sujet de la révision constitutionnelle, notamment avec la publication de l’ouvrage du Secrétaire général du PPRD Evariste Boshab, il a indiqué que l’essentiel est de privilégier l’impérissable.

            Au sujet de la position exprimée par le professeur Boshab dans son livre, T. Mugalu fait savoir qu’on est en démocratie, avant de s’interroger : pourquoi les gens ont-ils peur d’entendre quelqu’un émettre un point de vue, surtout que dans le cadre d’espèce le Secrétaire général du PPRD s’est exprimé dans un espace scientifique ?

            Selon lui, si quelqu’un avance une opinion, il est souhaitable que ceux qui sont contre lui émettent des avis démontrant qu’il est un « infirme intellectuel ». Et il conclut : « Boshab est libre de dire ce qu’il pense. Les gens n’ont pas droit de s’agiter parce que la colère est l’âme des faibles ».

Dom

LEAVE A REPLY

*