Concertations nationales : Clément Kanku jette l’éponge

0
45

clément nkankuA peine son mandat validé comme participant aux concertations nationales pour le compte de l’opposition institutionnelle, Clément Kanku Bukasa wa Tshibuabua vient de claquer la porte de ce forum politique.

Le président du Mouvement pour le Renouveau (MR) évoque plusieurs raisons pour justifier sa décision de quitter le banc des négociations politiques ou dialogue en vue d’assurer la cohésion nationale. D’abord, il constate qu’aucun des préalables posés n’a été pris en compte, notamment l’inclusivité de toutes les couches de la population au dialogue, le rapprochement Kabila-Tshisekedi afin de vider la question de légitimité.

Malheureusement, souligne-t-il, rien n’a été fait jusque là. Pire encore, le chef de l’Etat qui devrait donner un signal fort dans ce sens, a seulement lancé un appel timide là où on attendait de lui une véritable ouverture.

L’autre raison évoquée par Clément Kanku est le non dit dans le discours de Joseph Kabila sur la question relative à la médiation extérieure. L’absence du président Denis Sassou ou son représentant à la cérémonie d’ouverture ne rassure pas l’opposition quant à la suite des négociations.

Il en est de même de la libération réclamée des opposants politiques. Un geste constituerait un gage d’un débat démocratique lors des pourparlers pour l’opposition qui y participe.

L’insécurité qui plane sur les participations inquiète également Clément Kanku.

« Comme gage d’un débat démocratique à travers ces assises, nous avons insisté sur les immunités des participants avant, pendant et après les assises, ainsi que la libération des opposants politiques. Mais, nous constatons qu’aucun acte n’a été pris pour la protection des participants, le cas des combattants de la diaspora et de certains mouvements armés nationaux. Par contre, le président de la république, de manière lapidaire, parle d’une certaine libération conditionnelle et de la grâce présidentielle en étude dans son cabinet, en attendant la loi d’amnistie au parlement, alors que la population attendait des actes concrets tels que la libération de pasteur Kuthino, des honorables Chalupa, Eugène Diomi, Mohindo, Onosumba».

En outre, le MR s’inquiète des résolutions qui seront prises par les participants aux concertations, parce que rien n’a été pris comme acte en vue de garantir leur opposabilité aux institutions en place. Sans cela, prévient-il, les résolutions de ces assises resteront lettres mortes.

Autre signe d’inquiétude, souligne-t-il, c’est le silence du chef de l’Etat dans son discours sur la question liée à la révision constitutionnelle, sujet qui défraie la chronique depuis quelque temps.

Face à cela, le MR invite les autres opposants à ne pas cautionner une quelconque entrée dans le gouvernement dit d’union nationale, et laisser la majorité au pouvoir assumer complètement son échec.

Enfin, Clément Kanku veut connaître l’opportunité des concertations nationales par rapport aux négociations de Kampala.   Dom

LEAVE A REPLY

*