Commerce extérieur :le Guichet unique fin prêt le 29 septembre

0
242

La première réunion du Comité Directeur pour le passage en revue des exigences de la mise en œuvre effective du fonctionnement du Guichet unique du commerce extérieur d’ici le 29 septembre 2015 s’est tenue ce jeudi 10 septembre 2015, dans la salle de réunion de SEGUCE/RDC située sur l’avenue des Huileries, dans la commune de Gombe. La rencontre a été présidée par David Matuta, le représentant de la ministre de Commerce, qui est la présidente du comité. Après les mots de Bienvenue du directeur général de SEGUCE RDC, Elie Sawaya et de celui du président du bureau Veritas Paris, Stephane Gaudechon, s’en est suivie la présentation de la situation du projet, par Arnaud Bouraima, chef de projet Afrique, quant à la conception, la mise en œuvre et la gestion du Guichet unique intégral du commerce extérieur.

En effet, ce Comité Directeur mis en place par l’arrêté interministériel (Commerce et Finances) du 22 août 2015, se veut un cadre de discussion, de concertation, d’orientation et de décision nécessaire dans le but d’améliorer le climat des affaires et des investissements en RDC, notamment par la facilitation, la simplification et la rationalisation des procédures relatives aux opérations du commerce extérieur.

C’est dans ce contexte que dans son mot de bienvenue, le DG Elie Sawaya a promis l’accompagnement effectif de Seguce/RDC qui est une plateforme de dématérialisation des processus logistiques, administratifs et réglementaires liés à l’importation et l’exportation de toute marchandise. Cet accompagnement entre dans le cadre des accords conclus entre ce dernier et le gouvernement congolais, lui attribuant une concession  pour la conception, la mise en œuvre et la gestion du Guichet Unique du Commerce Extérieur.

Dans sa présentation, Arnaud Bouraima a donné une synthèse des problèmes identifiés sur terrain, ainsi que les bénéfices clés de la solution proposée et des challenges à relever pour la mise en œuvre et le fonctionnement du Guichet unique. Il est revenu sur les problèmes des procédures (ralentissement de procédure de sortie au point de passage), le chevauchement de prérogatives, l’informatisation (les points de passage ne disposant pas d’outils informatiques), mais aussi le problème lié aux infrastructures.  Arnaud Bouraima a expliqué que grâce à ce projet, la RDC pourra assister à l’amélioration de la performance logistique des opérateurs, l’accroissement de la productivité ainsi que la réduction des temps de formalités. Cela implique pour le pays, selon Arnaud Bouraima, de relever les défis liés notamment à l’accompagnement au changement, rôle que devra jouer Seguce et l’organe mis en place, à l’harmonisation et la  simplification des procédures, et à l’interopérabilité des systèmes d’information pour accélérer le partage d’informations.

Ce qui revient à dire qu’avec le concours de Seguce, l’on assistera désormais à la centralisation de l’information et l’harmonisation permettant aux acteurs de communiquer directement les informations au central.

Composition du Comité Directeur

Le comité directeur regroupe les acteurs suivants : le représentant de la présidence, celui de la primature, les délégués des ministères (Intérieur et Sécurité, Budget, Défense Nationale,  Finances, Environnement et Développement Durable, Commerce, Transport, etc.), le gouverneur de la Banque Centrale du Congo ou son représentant, les DG de la DGRAD, DGDA, OCC, OGEFREM, SCTP, SNCC, LMC, RVA, RVF, CVM, ou leurs représentants, les représentants de la FEC, la FENAPEC, la COPEMECO, des manutentionnaires, des compagnies aériennes, des agents maritimes, des agents de Handling, des transitaires, des transporteurs routiers, de l’ACB, ainsi que les concessionnaires.

            Il sied de signaler que le Guichet Unique du Commerce Extérieur en République Démocratique du Congo (SEGUCE RDC SA) représente l’un des plus grands projets de Guichet Unique de par sa dimension géographique, son périmètre et son format. Il intégrera les modules de pré et post dédouanement autour de la composante douanière sur tout les modes de transport : maritime, aérien, ferroviaire, terrestre, fluvial, lacustre, et sur 8 corridors principaux.

Myriam Iragi