Coalition «Publiez ce que vous payez» : le comité de pilotage africain mis sur pied

0
35

La réunion régionale pour l’Afrique de la coalition «Publiez ce que vous payez» (PCQVP) a achevé ses travaux à l’hôtel Venus le vendredi 27 mai 2011 en mettant sur pied son comité de pilotage. Sous la présidence de Carlo Merla, coordinateur Afrique de la coalition au niveau international, le comité de pilotage compte quatre membres, à savoir Jean- Claude Katende de la Rd Congo, Mamadou Taran Diallo de la Guinée, Bubelwa E. Kaiza de la Tanzanie, et Steve Manteaw du Ghana.
Devant constituer une force de pression sur les institutions africaines, ce comité de pilotage va prendre en charge la supervision de la campagne de la coalition au niveau du continental.

Cette réunion qui avait pour thème « l’agenda de la transparence des industries extractives en Afrique après 50 ans d’indépendance : réalisations, défis et perspectives d’avenir, » a démarré le 24 mai et a pris certaines résolutions et recommandations qui seront rendues publiques dans les jours à venir.
Donnant l’essentiel des résultats de leurs travaux, Rimtebaye Nassingar de la coalition PCQVP du Tchad, a déclaré que des recommandations sont destinées aux gouvernements et institutions d’Afrique pour que la question de la transparence soit inscrite dans leurs constitutions et dans leurs agendas.
Suivant les thématiques débattues, les participants ont trouvé la nécessité de renforcer l’Initiative pour la transparence des industries extractives dans les pays africains et  les normes de transparence ; la transparence et le suivi des contrats signés par les gouvernements et les industries extractives ; de résoudre la question de l’accès à l’information publique ; la transparence des institutions bancaires ; exiger des pays occidentaux le retournement des fonds détournés par les chefs de l’Etat avant la chute du régime…

Les participants estiment que l’Initiative pour la transparence a commencé à ouvrir le dialogue entre le gouvernement, la société civile et les industries extractives.

Jean- René Bompolonga     

LEAVE A REPLY

*