Clôture de la session de mars à l’Assemblée nationale : Aubin Minaku a lancé un appel à la méditation et à la réflexion

0
15

minakuPrononçant son discours de clôture de la session ordinaire de l’Assemblée nationale, hier dimanche 15 juin 2014, Aubin Minaku a fait sienne la pensée de l’homme d’Etat anglais CHURCHILL pour appeler chacun à un examen de conscience. «L’homme d’Etat pense à sa réléction, lorsque l’homme d’Etat pense à la génération future», a-t-il martelé.

MINAKU a rappelé que la priorité de priorités pour la République Démocratique du Congo, demeure la paix qui est essentielle pour tous.

«Cette paix mérite des efforts et une vigilance particulière de notre part pour qu’elle se consolide davantage», a-t-il ajouté, avant de souhaiter de bonnes vacances aux élus, tout en les invitant à être en alerte et à l’écoute.

Faisant le bilan de la session ordinaire qui s’est ouverte le 15 mars 2014, le président de l’Assemblée nationale a souligné que sur 26 projets de loi de ratification qui ont été déposés au parlement par le gouvernement, 14 ont été votés par les deux chambres et transmis au  Président de la République pour promulgation, tandis que d’autres ont été adoptés et transmis au Sénat pour une seconde lecture.

S’agissant de la réforme judiciaire, Minaku a fait mention de l’adoption de la proposition de loi organique portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l’ordre administratif, qui devait être considérée comme un moment important qui vient parachever le processus de réforme judiciaire, conformément à la vision imprimée par le président Joseph Kabila.

Dans le même registre, le speaker de la chambre basse a signalé la désignation de trois membres de la Cour Constitutionnelle par le parlement réuni en Congrès, dossier qui sera transmis au chef de l’Etat aux fins de la nomination effective des  concernés, conformément aux prescrits de l’article 2, alinéa 3 de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle.

            Abordant le point relatif à la mise en place de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, Aubin Minaku  a fait remarquer qu’en dépit des efforts déployés par son bureau, certaines composantes de la société civile n’ont pas dégager construire un consensus quant à leurs délégués au comité d’accompagnement.

            Il a annoncé que le bureau de l’Assemblée nationale usera de son pouvoir d’arbitrage pour mettre fin à cette pesanteur au sein de certaines composantes de la société civile.

            En outre, le président de l’Assemblée nationale a indiqué que certaines matières inscrites dans la session qui s’achève et que la chambre basse du parlement n’a pas pu examiner, seront inscrites en priorité au calendrier de la prochaine session.

            Dans ce lot des matières, figurent en premier lieu, les textes de lois susceptibles de contribuer à l’amélioration du climat des affaires.

            Dans le cadre de la poursuite de la décentralisation, Aubin Minaku  a fait savoir que l’Assemblée nationale examinera toutes les lois y relatives.

            «Par ailleurs, en vue de parachever le cycle électoral, la priorité sera aussi accordée à l’examen du projet de loi portant organisation des élections urbaines, municipales et locales », a lâché Minaku.                                                ERIC WEMBA 

LEAVE A REPLY

*