Clôture de la campagne « Toboyi Bosoto » à Masina

0
61

L’Ong Canadienne Oxfam, en collaboration avec Eco-Environnement, a procédé hier jeudi 20 juillet 2017, dans la salle la Compassion au n°1 de l’avenue Loso, dans la commune de Masina, à la clôture de la compagne « Toboyi Bosoto » menée dans la commune précitée. Débutée par une conférence-débat à l’Université Libre de Kinshasa (ULK) en juin
dernier, cette campagne s’est effectuée dans les 21 quartiers qui composent la municipalité de Masina. Le choix de cette commune est justifié par le fait qu’elle est située dans le district de la Tshangu, qui reste non seulement l’une des portes d’entrée mais aussi
de sortie de la République Démocratique du Congo.

Elle a consisté en la formation des relais communautaires sur les techniques d’information, d’éducation et de communication pour mener des séances d’animation dans les ménages et places publiques. La stratégie était de mobiliser tous les acteurs de cette commune pour
une meilleure prise de décisions responsables. Cette mobilisation est importante en ce sens qu’il s’agira de la gestion des déchets solides ménagers dans la ville de Kinshasa. Principale facteur des maladies, l’insalubrité peut dépouiller toute la municipalité de sa population
active si rien n’est fait, a relevé dans son allocution la bourgmestre Mujinga.
Cette dernière a exprimé sa satisfaction car, il y a de cela trois
ans, jour pour jour, que les jeunes lui avaient demandé un endroit
pour déverser les immondices afin d’assainir le milieu.
Coordonatrice du programme PAI/Oxfam, Lucie Mailloux a estimé que la
question de l’environnement est importante. Elle engendre le bien-être
de la population. Ce qui justifie la grande importance y accordée par
le gouvernement canadien. Car, la protection et l’amélioration de
l’environnement, pour l’Oxfam, sont un facteur capital pour protection
de l’humanité.
Elle a souhaité que cette mobilisation visant à encadrer les hommes
et femmes par les autorités locales puisse contribuer à la prise des
décisions responsables et à la recherche des solutions. Il faut  se
mettre en tête que le combat ne fait que commencer et doit se
poursuivre. D’où, la 1ere solution est l’implication des communautés.
Procédant à la clôture de la campagne, Dominique Weloli Kanda Nzale,
ministre provincial de l’Education, Environnement, Communication et
Genre, a soutenu que les objectifs de la campagne « Toboyi Bosoto »
entrent dans le cadre des efforts déployés dans la ville de Kinshasa
afin de permettre aux Kinois de vivre dans un environnement sain comme
pour répondre aux prescrits de l’article 53 de la Constitution, qui
stipule que toute personne à droit à un environnement sain et propice
à son épanouissement intégral».
L’initiative développée par Oxfam et l’Ong Eco-Environnement de
réaliser cette campagne dont l’objectif est la recherche des solutions
adaptées pour une gestion durable des déchets ménagers dans la ville
de Kinshasa mérite un encouragement. Ce programme rejoint le 1er axe
du plan d’action de l’exécutif kinois, a-t-il conclu. Pour sanctionner
cette cérémonie, des brevets ont été remis aux relais communautaires
et un cahier de charges aux différentes autorités présentes.
Yves Kadima