CIRGL: Museveni prend le flambeau

0
43

Trois temps forts ont marqué le quatrième sommet des chefs d’Etats et de gouvernement de la région des Grands Lacs. Il y a eu d’abord la réunion des premières dames le jeudi dernier présidée par Mme Christine MWELA Kaseba SATA, épouse du président zambien assistée de Mme MUSEVENI du pays hôte. Les autres se sont fait représenter par leurs ministres ou coordonnateurs nationaux. Après l’adoption des recommandations de la réunion  d’Arusha en novembre dernier, les premières dames les ont examinés avant d’adopter leur déclaration finale présentée par la ministre ougandaise du Genre, Mme Syda Bbumba.

Dans l’après-midi, les chefs d’Etats et de gouvernement ont abattu un travail de titan par la tenue de la session spéciale basée sur l’examen et l’adoption des recommandations relatives aux violences sexuelles basées sur le Genre préparé par les ministres du Genre de leurs gouvernements respectifs à Arusha en novembre dernier suite aux projets préparés par les experts et coordonnateurs nationaux. Plusieurs allocutions ont été prononcées par des délégations étrangères ayant pris part à cette session spéciale, notamment le représentant du Groupe des Amis et des Envoyés spéciaux, le conseiller spécial des Etats-Unis sur les pays des Grands Lacs, le représentant du Secrétaire général des Nations Unies, le président de la Commission de l’Union Africaine, celle de Mme Ingid FISKA, Secrétaire d’Etat norvégienne pour le développement international. Il y a eu ensuite le discours d’ouverture prononcé par le président sortant de la CIRGL, le Zambien SATA, avant la cérémonie de remise et reprise entre lui et l’ougandais MUSEVENI pour un mandat de deux ans. 

Le Forum Régional des Femmes, celui de la jeunesse et de la société civile, des organisations religieuses et des parlements ont aussi lancé des appels en faveurs de ces recommandations proposées à Arusha.Mme ATA a alors présenté la déclaration des Premières Dames,
Le vendredi dernier a été consacre à la réunion à huis clos des chefs d’Etats et de gouvernement et l on a noté la présence des cinq chefs d’Etats, notamment le Tanzanien KIKWETE, le Zambien SATA, le Burundais NKURUNZIZA, le centrafricain BOZIZE, le Kenyan MWAI Kibaki. La RDC a été représentée par Charles MWANDO Nsimba, ministre de la Défense nationale et Anciens combattants accompagné de celui des Mines, KABWELULU qui sont arrives dans la nuit de mercredi dernier en Jet spécial. A noter que le Chef de l’Etat burundais a quitté les travaux avant la signature du document final intervenue le vendredi dans l’après-midi.
En marge de ce quatrième sommet ordinaire, les Chefs d’Etats ont tenu un huis clos consacré à la situation de la sécurité dans la région des Grands Lacs dont l’essentiel a tourne autour de la question des forces négatives et leur impact sur le développement de la région. C’est au cours de ce huis clos que le Rdcongolais Alphonse NTUMBA Luaba Lumu a été officiellement reconnu comme le nouveau Secrétaire exécutif de la CIRGL, en remplacement de l’ambassadrice Liberate MULAMULA dont le mandat est arrivé à expiration.

Selon des bribes  d’informations, le Zambien SATA a fait un discours pour fustiger le comportement nocif des gouvernements de la région qui une fois arrivés au pouvoir oublient le développement des secteurs clés à savoir l’emploi, la santé, l’éducation, le logement et la démocratie. A ses yeux, ce sont là les causes profondes des rébellions et déstabilisations des pays de cette région chaude. Quant a Museveni, il a martelé qu’il était grand temps que la page des guerres et rébellions soit tournée pour se consacrer aux routes, chemins de fer, santé pour tous, ouverture des frontières pour une libre circulation des personnes et leurs biens sur toute  l’étendue de la région des Grands Lacs. Il a lancé un appel a une prise de conscience pour une politique de la tolérance zéro en ce qui concerne les violences sexuelles basées sur le Genre. Notamment par la prévention, en éradiquant les groupes armés irréguliers, en intégrant dans les législations nationales des lois pour sanctionner sévèrement les viols, en mettant fin à l’impunité et surtout en apportant une assistance très sensible aux victimes des viols par le mécanisme des centres de rétablissement pour offrir des services médicaux, psychosociaux, médico-légaux, assistance juridique et judiciaires complets gratuits. Comme recommandation d’ordre général, la session spéciale a demandé le renforcement du Centre Régional Levy MWANAWASA pour la démocratie, la bonne gouvernance, les droits de l’homme et l’éducation civique.

Fidele MUSANGU
Envoyé Spécial à Kampala 

LEAVE A REPLY

*