Cinquantenaire : Défilé monstre sur le Boulevard Triomphal

0
88

Le Roi Albert II des Belges accompagné de la Reine Paola, douze chefs d’Etat, trois Vice-présidents de la République, le premier ministre démissionnaire belge, le secrétaire général de l’ONU, le président  de l’Union Africaine et des ministres représentant leurs chefs d’Etat empêchés ont répondu présents à l’invitation leur adressée par les autorités congolaises pour assister aux festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’indépendance de la RDC. Le clou de ses manifestations a été, bien entendu, le défilé monstre qui s’est déroulé le 30 juin sur le Boulevard Triomphal entièrement rénové et situé en face du Palais du Peuple dans la commune de Lingwala. Accueillis d’abord dans une salle du Palais du Peuple, les hôtes de marque ont fait leur entrée à la tribune d’honneur vers 11 heures 25 où ils ont été rejoints vers 11 heures 30 par le président Joseph KABILA Kabange. Celui-ci, on l’a vu, a d’abord effectué debout sur une Jeep décapotable le passage en revue des troupes placées tout le long du Boulevard Triomphal. Avant de prendre place aux côtés de ses pairs à la première rangée de la tribune d’honneur où se trouvaient des invités particuliers, à savoir les présidents Paul KAGAME du Rwanda et Yoweri Kaguta MUSEVENI de l’Ouganda, deux pays impliqués dans les guerres dites de libération ou agression de 1996 à 2001, selon le bord où l’on se trouve.

Défilé monstre

Après la séance des prières dites par les chefs des principales confessions religieuses du pays suivies immédiatement par le chant en l’honneur du Cinquantenaire, le défilé tant attendu a démarré à 12 heures 52 par les différentes forces des FARDC. Il faut signaler d’emblée que la Police nationale et le Groupe de Sécurité Spéciale Présidentielle se sont taillés la part du lion avec un nombre impressionnant d’éléments portant des tenues neuves et défilant dans un ordre qui a été salué par des salves d’applaudissements de l’assistance venue de tous les quatre coins cardinaux de la capitale. Certaines sources crédibles avancent le chiffre des quinze mille hommes des troupes qui ont pris part à ce défilé. Le gros du lot provenant de ces deux corps, à savoir la Garde Présidentielle et la Police nationale dont les éléments étaient très bien habillés.

La MONUC a répondu au rendez-vous avec quelques éléments pakistanais et uruguayens encadrés par un peloton de la police militaire. Les FARDC ont déployé un échantillon impressionnant de leurs armes lourdes, notamment des lance-roquettes, des auto-blindées, des chars de combat, des porte-chars, des véhicules mitrailleurs, des véhicules d’intervention médicale pour le front, des motards, des hélicoptères et des avions de transport des troupes qui survolaient l’espace compris entre le Palais du Peuple et la commune de Kasavubu. La garde présidentielle a présenté un échantillon des chevaux d’escorte. Détail significatif : les véhicules des FARDC étaient conduits par des éléments de la Garde Présidentielle. 

Le PPRD crée la pagaille

C’est à 14 heures 35 que les civils ont effectué leur entrée sur le boulevard triomphal et l’honneur a échu au PPRD avec de éléments sortis d’on sait où et portant des drapeaux, calicots et parapluies en l’honneur de ce parti qui se réclame fils aîné de l’Alliance pour la Majorité Présidentielle. Dieu merci, ceux d’entre ces soit disant combattants ont failli gâcher la fête en tentant de s’approcher de la tribune d’honneur et c’est grâce à la vigilance des éléments du Protocole d’Etat que rien de fâcheux ne s’est produit. Il s’en suivra d’autres partis proches de l’AMP, notamment le PALU, le PANU et certaines organisations civiles. L’UDEMO a fait sensation avec un sosie de feu le maréchal Mobutu habillé en abacos, portant en main une canne en bois et sur la tête une toque de léopard imitant avec brio certains gestes légendaires du fils de maman Yemo.

La société commerciale privée de construction civile « CREC » a étalé tous ses engins de travail et n’eût été l’ordre donné par le protocole d’Etat, ce défilé se serait poursuivi jusque vers 21 heures. La file était très longue dont la queue était située sur la Place Royale sur le Boulevard du Trente juin.            

On a frôlé l’émeute      

Avant que le défilé ne démarre, un quidam se réclamant du PPRD s’est présenté devant l’assistance installée juste à côté du car de reportage de la RTNC pour proclamer haut et fort qu’à la fin du défilé, les chaises en plastic deviendraient la propriété de ceux qui les occupaient. Applaudissements nourris de l’assistance et le téléphone arabe a été lancé et quelques minutes après, c’était la cohue pour s’accaparer des réserves des chaises en plastic placés non loin de la fontaine du Palais du Peuple.

Dès que le défilé a pris fin et avant que les hôtes de marque n’aient quitté la tribune d’honneur, des inciviques ayant pris de court les éléments de la Police et des services de sécurité se sont rués vers les alentours du car de reportage de la RTNC pour arracher des chaises en plastic des mains de ceux qui y étaient installés et ce fut une débandade indescriptible. Dieu merci, l’on n’a noté aucune victime et c’est dans ce climat que les manifestations sur le Boulevard du Trente Juin se sont clôturées dans une confusion inhabituelle et inattendue. Castro

LEAVE A REPLY

*