Chine-RDC : Jean Charles Okoto met en place une nouvelle branche économique

0
240

L’ambassadeur de la République Démocratique du Congo en Chine,  Jean
Charles Okoto Lolakombe a procédé, le lundi 2 juillet 2018, à
l’inauguration d’une nouvelle branche économique de la représentation
congolaise dans la ville de Qingdao. L’objectif visé est d’indiquer
aux investisseurs chinois la direction de la RDC. Cette branche se
veut une plate-forme de conseils et d’orientations utiles aux
potentiels investisseurs chinois. Avec cette mise en place,
l’ambassade de la RDC a franchi un nouveau palier  dans le domaine
économique. Des échanges ont eu lieu avec des investisseurs chinois
présents à la cérémonie d’ouverture de ce bureau économique. Il s’agit
des responsables de   Belt and Road collaborative innovation center
(BRCIC).
Dans son allocution, Jean Charles Okoto s’est résumé en une phrase.
«Faire de la RDC l’un des partenaires économiques importants de la
Chine». Cet appel a fait l’unanimité au sein  des investisseurs
chinois. De quoi avoir le cœur net quant à l’avenir économique radieux
de ce grand pays d’Afrique centrale au sol et sous-sol riches.
Il faut préciser que les activités du Bureau économique de Qingdao
s’inscrivent dans la durée. L’un des actes qui donnent à ce bureau un
caractère urgent,  c’est l’ouverture prochaine en septembre à Beijing
du Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC). Lors de la tenue de ce
forum, la RDC s’amènera avec des ambitions fortes visant  l’émergence
d’ici à l’horizon 2030.
Si la RDC ne s’était contentée que d’un infime financement, faute des
projets banquables, lors du précédent Focac qui s’est tenu en 2015 à
Johannesburg, où la Chine avait débloquée la somme de 60 milliards
USD, cette année à Beijing, la RDC n’entend pas être aux abonnés
absents. L’idée consiste pour Jean Charles Okoto, de faire bénéficier
de la RDC d’une part importante des financements chinois lors du Forum
de septembre. Et pour cela, l’itinérance d’Okoto semble être sans fin.
Présent lors de cette cérémonie, le Directeur général de l’Office de
gestion de frets maritimes (OGEFREM), Patient Sibaya Ntambwe, a jugé
cette perspective tout à fait possible en pratique. Il a fait la
promesse de revenir chaque mois à Qingdao pour se rendre compte
lui-même de l’évolution du travail qu’abat la branche économique à
travers ce projet, murement réfléchi, de l’ambassadeur Okoto.
Au personnel congolais affecté à ce bureau, l’ambassadeur Okoto leur
a exhorté au sens élevé de lucidité dans la gestion des investisseurs
chinois à la recherche des débouchées en RDC. Il n’est pas question de
rester embrigader dans des considérations tribalo-ethniques qui
n’apportent rien au pays. L’heure est venue où ce genre de pratiques
doivent être bannies pour laisser place à l’intelligence et à la
méritocratie a conclu l’ambassadeur Jean Charles Okoto.
Yves Kadima