Chebeya : Le corps du chauffeur toujours introuvable, selon la société civile

0
11

C’est un Luzolo Bambi Lesa hors de lui qui a souligné avoir appris de Kampala l’assassinat, dans la nuit de mardi à mercredi 02 juin, de Floribert Chebeya et qui s’est empressé de venir à Kinshasa pour s’impliquer personnellement dans cette malheureuse affaire.

Le ministre de la justice et Droits humains qui a reçu en audience les responsables des organisations de défense des droits de l’homme a, après avoir écouté ses interlocuteurs, rassuré de la détermination du gouvernement de veiller, de bout en bout, dans le processus d’enquête diligentée par le parquet général de la République.

Le collectif des organisations reçu par Luzolo a insisté sur la présence d’experts internationaux dans la commission d’enquête « en vue de lui donner toute son indépendance » et exigé que l’enquête soit soigneusement menée pour élucider, avec des éléments probants, les circonstances de l’assassinat de l’activiste. Aussi, ont-ils souligné la nécessité d’être associés au processus d’autopsie du corps sans vie de Chebeya. Proposition que Emmanuel Luzolo a saluée, avant de proposer que la famille du défunt soit également de la partie.

Ont été reçus par le ministre Luzolo, les responsables de la Ligue des infirmiers de l’espace francophone (Lief), de l’Action pour la renaissance des droits humains au Congo (ARC), de « les Anges du ciel », de « Les Amis de Nelson Mandela pour les droits de l’homme », de « Journaliste pour la promotion & la promotion des droits de l’homme » (JPDH), de la « Coalition nationale pour la Cour pénale internationale pour la RDC » (CN-CPI/RDC), de l’Association africaine des droits de l’homme (Asadho), de la Voix de sans voix (Vsv), représentée par son vice-président et du Reprodhoc, une plate-forme à laquelle appartient l’association de l’illustre disparu. 

 Fidèle Bazana : Le corps est introuvable, selon la société civile

Si le corps de Chebeya a été retrouvé à Mitendi aux côtés de sa voiture, « celui de son chauffeur, Fidèle Bazana n’est toujours pas vu », ont indiqué les interlocuteurs de Luzolo en se fondant sur les allégations des membres de la famille du défunt. L’opinion avait pourtant appris que le corps inanimé du conducteur avait été retrouvé à Mpasa, Est de la ville. « Ils nous ont dit que le corps est toujours introuvable à la morgue », a précisé un membre de la délégation. Un autre, c’est celui qui a rappelé l’historique des faits qu’allégués par l’épouse de Chebeya peu avant le coup fatal.

Le président de l’Ong Amis de Nelson Mandela a porté à la connaissance de son vis-à-vis que Chebeya avait téléphoné à sa femme qu’il était en train de répondre à une invitation lui adressée par l’inspecteur général de la Police. Robert Ilunga a ajouté que ce jour-là, Chebeya tenait, en plus, à se faire accompagner de son adjoint, avant de renoncer à cette compagnie pour ne se faire conduire que par son chauffeur à destination. Au ministre, les compagnons de lutte de « Flory » ont, en outre, affirmé que le cadavre a été retrouvé menotté, nez ensanglanté.

Le ministre, visiblement très touché, a dit préférer être, pour l’instant, « ce ministre des Droits humains» tout court pour exiger le droit. Tout en rassurant ses interlocuteurs, il a souligné avoir pris note et déclaré se ranger derrière la communauté des défenseurs des droits de l’homme pour que lumière soit apportée à l’ignoble acte dirigé contre le « timonier de défense des droits de l’homme » en République démocratique du Congo.

D-I.K

LEAVE A REPLY

*