Le Chargé d’affaires de la Corée du Nord : « Notre possession d’armes nucléaires est une mesure auto-défensive »

0
219

7466483Face aux différentes réactions suscitées par le récent essai nucléaire de la Bombe H en janvier 2016 et le premier lancement du satellite d’observation de la terre par la Corée du Nord en février, la représentation diplomatique de Pyongyang à Kinshasa a rompu le silence. C’est par la bouche de Choe Chol Su, Chargé des affaires a.i., que la réaction est venue hier mardi 5 avril.

Devant un parterre de journalistes de Kinshasa, il a tenu à expliquer la situation qui ne cesse de susciter des réactions à travers le monde, avec le risque que le pays n’encourt des sanctions vis-à-vis de l’Onu.

Selon Choe Chol SU, la possession d’armes nucléaires est leur unique option inévitable  pour se défendre contre les menaces nucléaires  des Etats-Unis et de sauvegarder la paix et la sécurité dans la péninsule nord-coréenne, ainsi que dans toute la région de l’Asie de l’Extrême-Orient.

A cet effet,il a rappelé que jusqu’aux années ‘80, son pays n’avait ni l’intention, ni la capacité d’exploiter l’arme nucléaire. Mais les Etats-Unis avaient fait circuler une information selon laquelle l’exploitation de l’énergie nucléaire dont se sert la Corée du Nord pour la production de l’électricité, serait comme celle de l’arme nucléaire. Depuis lors,  les USA, en collaboration avec l’AIEA, avaient multiplié des menaces  contre la Corée du Nord en lui imposant des inspections répétées de ses installations nucléaires.

Malgré les efforts de la Corée du Nord de montrer sa transparence au sujet de son exploitation nucléaire, en signant le Traité de non-prolifération nucléaire et en autorisant  des inspections de ses installations, les menaces des Etats-Unis se renforçaient chaque jour au lieu de diminuer.

Vu la menace qui pesait sur son pays, a-t-il poursuivi, la Corée du Nord avait décidé de se retirer en janvier 2003 du Traité de non-prolifération nucléaire, et choisi cette fois-ci l’exploitation d’armes nucléaires afin de défendre sa souveraineté et faire face aux menaces nucléaires persistantes des USA.

« Les réalités de l’Irak et de la Lybie nous donnent une bonne leçon. La paix et la sécurité authentiques ne peuvent être réalisées par la sollicitation humiliante et le compromis… L’actuelle réalité montre une fois de plus que l’on doit défendre son sort par ses propres forces », a-t-il martelé.

Par ailleurs, le chargé d’affaires a.i. de l’ambassade nord-coréenne à Kinshasa a renseigné que son pays est en mesure de  produire en abondance les matières nucléaires nécessaires, et  fabriquer une plus grande quantité d’armes nucléaires de précision, miniaturisées et plus puissantes, des moyens pour leur transport, etc. Cela grâce au développement continuel de la technique des armes nucléaires en sa possession.

« Tant que les Etats-Unis persisteront avec leurs menaces nucléaires et leur politique d’hostilité contre notre République, nous allons continuer à renforcer et développer notre force de dissuasion auto-défensive nucléaire », a affirmé le chargé des affaires a.i. de l’ambassade de Corée du Nord.

«Le lancement du satellite est le droit légitime d’un Etat souverain»

Concernant le lancement du satellite d’observation de la terre intervenu le 07 février 2016, Choe Chol Su a fait savoir que cette opération s’était faite en tenant compte du droit souverain de la Corée du Nord reconnu par la loi internationale. Ce satellite est doté des matériels de mesure et de communication nécessaires à l’observation de la terre.

Il s’est indigné, par ailleurs, de constater qu’une nouvelle résolution de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU pesait sur son pays. D’après le Conseil de sécurité de l’ONU,  a indiqué Choe Chol, le lancement de ce satellite et l’essai de la Bombe H en janvier 2016 sont des actes de violations de ses résolutions.

Face à toutes ces allégations, ce diplomate a dit qu’il veut connaître le prétendu article de la Charte de l’ONU qui donne mandat au Conseil de sécurité de priver un Etat membre des Nations unies le droit à l’utilisation de l’espace cosmique à des fins pacifiques.

Néanmoins, il a estimé que si le lancement du satellite est un sujet problématique, il faudrait par ce fait mettre également en cause tous les pays lanceurs de satellites, y compris les USA. Choe Chol Su a, en outre, renseigné que la Corée du Nord est victime des sanctions telles que l’interdiction d’import-export  des marchandises de luxe. C’est ce qui empêche actuellement son pays d’importer même des matériels de sport  qui n’ont rien à voir avec la fabrication des armes.

En définitive, la Corée du Nord condamne et rejette en bloc toutes les sanctions prises à son endroit. Ce pays estime que le renforcement de sa force de dissuasion nucléaire relève d’un juste et légitime droit  auto-défensif  à exercer tant que les Etats-Unis pratiqueront la politique d’hostilité à son égard.

Enfin, il a indiqué que le lancement du satellite est une entreprise visant l’exploitation de l’espace cosmique.
Perside Diawaku