Chantal Pembe conteste les droits de propriété de «Mère Double»

0
646

justice-balanceL’immeuble ayant appartenu à la famille Doublier fait depuis hier l’objet de deux citations directes au Tribunal de Paix de la Gombe. Sous le RP 24.565, Chantal PEMBE poursuit Nady Doublier pour faux et usage de faux, tandis que sous le RP 24.588 Chantal PEMBE poursuit Mme Alphonsine Tshinkela appelée communément «Mère Double» et le Conservateur des Titres Immobiliers toujours pour faux et usage de faux au sujet des appartements ayant fait partie de la concession Doublier située au N° 5 de l’avenue Colonel Lukusa à Gombe. Dans les deux causes, Chantal Pembe poursuit les deux cités faux et usage de faux commises sur le certificat d’enregistrement et les avenants.

 Notons que Chantal Pembe et Alphonsine Tshinkela sont toutes deux copropriétaires des appartements leur vendus par Nady Doublier.

   Au cours de l’audience publique d’hier lundi 12 janvier 2015, Chantal Pembe était absente mais représentée par son conseil mais Alphonsine Tshinkela était présente, assistée de son conseil. Etant donné que les principales parties au procès sont les mêmes, la partie Pembe a sollicité auprès du tribunal de faire la jonction de ces deux causes.  Après débat et délibérations, le tribunal a accepté sa requête. Cependant, le ministère public a soulevé une exception d’ordre public, notamment l’incompétence des juges des céans du fait que le conservateur des titres immobiliers de la Lukunga bénéficie du privilège de juridiction et ne peut pas être poursuivi devant le Tribunal de Paix. Sur ce, le tribunal a pris l’affaire en délibérée et promis de se prononcer dans le délai légal.

            Rappelons que cette concession fut la propriété des frères Doublier. Comprenant 23 appartements, ils avaient pris l’option de les vendre. C’est ainsi que Chantal Pembe avait acquis le rez-de-chaussée où elle a installé un magasin des meubles et accessoires.

    De son côté, Alphonsine Tshinkela bénéficiera de la partie située au coin de la vaste concession où elle a construit une maison en étage servant de bureau de change. Et, elle obtiendra un certificat d’enregistrement en bonne et due forme auprès de l’autorité compétente sur base du contrat de vente conclu entre elle et la famille Doublier en sa qualité de propriétaire

       Non contente de cette vente à une tierce personne, Chantale Pembe initiera plusieurs actions à l’endroit d’Alphonsine Tshinkela et les frères Doublier, les unes pour stellionat, les autres pour faux et usage de faux et enfin d’autres avec comme infraction l’occupation illégale.   Car, elle estime que le lopin de terre dont Alphonsine Tshinkela est détentrice ne pouvait pas être vendu à un tiers car se trouvant devant son magasin des meubles.

 Pourtant tous les 23 appartements avaient été vendus aux tiers dont elle-même par les frères Doublier en leur qualité des premiers propriétaires originels incontestés.

DN