Cerefo participe à la lutte contre la marginalisation des sourds-muets

0
70

Souvent victimes de toutes les formes de discrimination au sein de leurs familles, au profit des enfants entendants, les sourds-muets peuvent aujourd’hui, prétendre être utiles à la société et capables de se prendre en charge pour assurer seuls leur avenir. Et ce, grâce à la formation dispensée en leur faveur, fruit du partenariat qui existe depuis deux ans, entre le Centre de récupération et de formation des filles-mères et orphelins et le pasteur Urbain Muteba et son église. L’Association des femmes pour des rencontres intellectuelles, culturelles et artistiques ( AFRICA) qui s’est intéressée à cette catégorie des personnes avec handicap, a exprimé mardi dernier, sa détermination à apporter un appui aux activités de ce centre.

 Alice Lima Malila, la présidente de cette ONG, l’a souligné au cours d’une visite de travail que les mamans Africa ont effectuée  à l’extension de CEREFO au pont Kasa-vubu. Ce centre qui a dédié sa première formation à une trentaine de filles sourdes-muettes, a été équipé grâce à un crédit que Ibrahim Bourama Dieme a obtenu auprès d’une banque de la place, d’un don des bancs de la Fondation Vodacom et de l’aide lui apportée par  Maria, l’une de ses partenaires basée en France.
 Dans son mot de bienvenue, le président du Cerefo, de nationalité sénégalaise, a indiqué qu’il est arrivé à Kinshasa, à l’âge de 25 ans. Cela fait donc 31 ans qu’il vit dans notre pays où il exerce le métier de coiffeur professionnel.

 Son organisation, a-t-il expliqué, a commencé en 2002, avec la formation des filles-mères et des orphelins,  en coiffure et en esthétique.
Mais l’expérience avec les filles sourdes-muettes n’a débuté qu’il y a deux ans, avec deux stagiaires qui apprenaient avec le concours d’un interprète. Compte tenu de bons résultats obtenus par les deux filles, CEREFO a ouvert ses portes à d’autres filles sourdes-muettes. On en compte actuellement une trentaine qui suit une formation gratuite.
 Ibrahim a terminé son allocution, par solliciter une aide auprès des personnes de bonne volonté, afin qu’il puisse poursuivre l’action de formation qu’il a débutée à Kinshasa.
 Pasteur Urbain Muteba dit «  pasteur des sourds » a présenté à cette occasion, la pastorale qu’il développe avec cette catégorie des personnes avec handicap, qui sont des personnes humaines à part entière capables de rendre de précieux services à la nation. Au départ, un peu hésitant, il a fini avec la bénédiction du Seigneur, par se consacrer à ces croyants. Pour ce faire, il leur a enseigné la Bible tout en leur faisant comprendre que Dieu est pour tous, que Jésus-Christ est venu sur cette terre, aussi bien pour les entendants que pour les personnes avec handicap.
 Aussi curieux que cela puisse paraître, a-t-il fait remarquer, dès que ces fidèles ont pu bénéficier d’un don de téléphones portables, ils ont commencé à communiquer avec lui par SMS.
 Le pasteur Muteba Fariala a signalé que dans son église, il y a une soixantaine de sourds-muets des deux sexes, dont une trentaine est en formation à CEREFO, avant de plaider pour une intervention en faveur de ses ouailles.
 Une déléguée de Mamans Africa a pris la parole pour féliciter les membres de CEREFO pour l’action de formation entreprise depuis de nombreuses années en faveur des personnes avec handicap. Une formation leur permettant d’apprendre à la fois un métier et de connaître Jésus-Christ.
 Elle a émis le vœu de voir plus d’une centaine d’enfants sourds-muets au centre, deux ans après leur visite, et  promis le soutien de son organisation.
 Le représentant des sourds-muets a, quant à lui, remercié les mamans de l’Association Africa pour leur visite d’encouragement, ainsi que leur message de soutien. Il n’a pas oublié Papa Ibra qui les encadre, ainsi que tous les membres de CEREFO qui l’assistent dans ses multiples tâches.
J.R.T.
  

         

LEAVE A REPLY

*