Centre local de compilation de Kinshasa : un rapport confirme le capharnaüm de la Fikin

0
74

Avec des photos à l’appui et des données précises, le Comité des droits de l’homme et développement (CODHOD) a rendu public, le vendredi 16 décembre 2011 à son siège dans la commune de Barumbu, son rapport sur ce qui s’est passé au Centre local de compilation (CLC) de Kinshasa, situé à la Fikin. On ne peut que parler du capharnaüm car aucun autre mot ne peut exprimer le désordre qui a régné à ce centre avec le rapport fourni par la Mission d’observation de proximité (MOP) mise sur pied par Codhod.

Henri Christin Longendja, chef de mission de MOP et directeur exécutif de Codhod, Florence Mobgekuma, coordinatrice de la mission et DAF de Codhod, et Guy Kazadi, superviseur, ont souligné le fait que « si le jour du scrutin, les opérations étaient un peu satisfaisantes, le comportement des agents électoraux lors des opérations au CLC, a entamé la crédibilité de ce scrutin. » Ils ont constaté la mauvaise gestion du processus de ramassage et de compilation des résultats, compromettant l’intégrité des élections présidentielle et législatives, et le déficit de transparence dans la suite du processus.

Selon le rapport de la MOP, le transport du matériel de vote n’était pas sécurisé jusqu’aux centres de consolidation des résultats. Le scrutin a eu lieu le 28 novembre 2011, « jusqu’à la date du 3 décembre 2011, les colis continuaient d’arriver». A la Fikin, les plis ont été négligés et abandonnés.
Le rapport indique que « les PV étaient redressés sur place par les agents de la CENI qui faisaient le comptage des résultats comme au bureau de dépouillement, sans la présence des témoins. Ce qui a conduit à l’invalidation arbitraire ou injustifiée de bulletins ».

Evoquant les procédures irrégulières dans les centres de CLC à la Fikin, le rapport mentionne « la présence des agents de sécurité avec les armes dissimilées sous leurs chemises dans les bureaux. Ils avaient accès à tous les postes de traitement. Ils circulaient avec une Jeep pick-up blanche.
Il confirme ce que certains rapports ont déjà mentionné en affirmant que « les témoins de l’opposition étaient chassés par les militaires, les cartes d’accréditation ravies alors qu’au même poste de police, il y a des cartes d’accréditation viergesqu’on donnait aux agents de sécurité et militaires.
S’agissant du centre national de traitement, il leur est difficile de juger car les observateurs comme les témoins n’y ont pas eu accès. En ce qui concerne la publication des résultats détaillés dans les CD Room et le site de la CENI, le rapport note que certains fichiers sont endommagés et ne peuvent être téléchargés. C’est le cas des résultats du district de la FUNA à Kinshasa.

En conclusion, le rapport note entre autres que « les élections non crédibles à un moment du processus, surtout pendant l’étape de la collecte, du traitement et de la publication des résultats, conduisent toujours à des contestations qui si elles ne sont pas gérées démocratiquement amènent le pays dans un chaos incalculable.
Ce rapport est le deuxième produit par le Codhod, après le rapport préliminaire publié le 3 décembre 2011. Il y a un autre rapport en gestation qui prendra en compte le verdict de la CSJ, a indiqué le directeur exécutif de Codhod.

Jean- René Bompolonga    

LEAVE A REPLY

*