Centre d’accueil Kimbanguiste : Apo Salimba met à nu les mécanismes de la dissidence

0
804

maxresdefaultRécemment, l’Eglise Kimbanguiste a connu des velléités de dissidence en son sein ; situation qui s’est terminée par le détachement d’un groupe de fidèles qui a élu domicile sur un autre site. Apo Salimba – de son vrai nom Armand Apota Salimba – est l’un de ces dissidents kimbanguistes et artisans de première heure de cette dissidence qui a mis à l’épreuve l’unité de cette Eglise. Avec l’aide du temps et après mure réflexion, Apo Salimba s’est rétracté et avec quelques personnes qui étaient avec lui dans ce mouvement, il a décidé de regagner l’Eglise Kimbanguiste originelle.

         De cette expérience, il a jugé bon d’écrire un ouvrage dont le titre est : « Histoire de la dissidence au sein de l’Eglise Kimbanguiste à la lumière de ‘‘26=1’’. Témoignage ». Il convient de noter que le jeudi 30 mai 2013, ce livre avait été présenté, en primeur, aux professeurs et autres intellectuels dans la salle de conférence de l’Apukin (Association des professeurs de l’Université de Kinshasa) sur la Coline inspirée du Mont Amba. Les échos que cette reconversion suivie d’un livre-témoignage écrit par un adepte de la dissidence au sein de l’Eglise Kimbanguiste a poussé les responsables de cette communauté à l’invité pour une conférence-explication sur son attitude et son œuvre. Cette conférence s’est tenue le vendredi, 05 juillet 2013, dans la grande salle de conférence du Centre d’Accueil Kimbanguiste, dans la commune de Kasa-Vubu.

         De  prime abord, Apo Salimba a justifié la tenue de la rencontre du jour et présenté l’ossature de son ouvrage. Mis à part la dédicace, le prélude, avant propos et l’introduction, le livre, a dit l’auteur, est composé de sept chapitres. Ils abordent aussi sept thèmes en référence à la dissidence ; il s’agit des dissidences au sein de l’Eglise kimbanguiste avant l’apparition du phénomène ‘26=1’ ; de la photographie des facteurs ayant conduit à la contestation des institutions légales et légitimes ; de l’Assemblée générale extraordinaire de l’Eglise kimbanguiste à Kamba à la rupture de l’unité de l’Eglise ; de la création et les activités de la dissidence kimbanguiste de Monkoto ; des tentatives de l’amorce du processus de réconciliation (2002, 2006-2007) ; de la dissidence kimbanguiste à travers la R.D.C. et les autres parties du Monde et, enfin, des pères spirituels de la dissidence. En conclusion, l’ouvrage livre quelques témoignages en rapport avec cette dissidence. Dans son discours devant les « Ba Mbuta » (les Vieux) de l’Eglise, qui le suivaient religieusement pour mieux comprendre la démarche, Apo Salimba a décortiqué la quintescence de chaque chapitre.

Les pères spirituels de la dissidence bien identifiés

         S’adressant à l’assistance, l’auteur de l’ouvrage a pointé du doigt une grave incompréhension au sein de la famille biologique de Simon Kimbangu ; situation qui a constitué le lit de la dissidence des ‘Bana 26=1’ dont il est le co-fondateur. Les frères et cousins germains de l’actuel Chef spirituel et Représentant légal, Simon Kimbangu Kiangani, poussés par des poids lourds et anciens dignitaires de l’Eglise à l’époque de Diangienda Kuntima, ont estimé ne pas trouver leurs compte dans la direction actuelle de l’Eglise. Ils ont ainsi contesté et rejeté les résolutions du 07 au 21 octobre 2002, issues des assises de l’Assemblée générale extraordinaire de Nkamba. Il a relaté les faits qu’il a vécu, lui-même, en tant que dissident. Il incrimine Alphonse Kisolokele d’avoir convoqué une réunion extraordinaire des enfants des Papas Charles Kisolokele et Joseph Diangienda, à  laquelle étaient invités les hauts responsables de l’Union de la Jeunesse Kimbanguistes (U.J.Ki).

         Deux points à l’ordre du jour : primo, contester les résolutions de Nkamba  et secundo, créer et faire fonctionner un mouvement kimbanguiste dissident « 26=1 », c’est-à-dire, Papa Simon Kimbangu et ses 26 petits-fils font un. Alors que l’Eglise kimbanguiste officielle, celle que l’Etat reconnaît et ayant son siège à Nkamba, a comme formule consacrée « 3=1 » et est représentée par la réincarnation du Saint Esprit en la personne de Simon Kimbangu Kiangani (le Représentant légal actuel) en qui s’identifient les trois papas (Charles Kisolokele, Dialungana Kiangani Salomon  et Joseph Diangienda Kuntima). C’est ainsi qu’après mure réflexion sur son aventure, l’auteur regrette d’avoir participé à une entreprise «satanique» visant à combattre l’œuvre du Saint Esprit. Il a donc décidé de réintégrer l’Eglise Kimbanguiste de Nkamba, Nouvelle Jérusalem. Il a estimé que les dissidents ne Monkoto se sont écartés eux-mêmes de l’Eglise et feraient mieux de solliciter une autre appellation.

SAKAZ

LEAVE A REPLY

*