CENI : les vérités de Ngoyi Mulunda

0
47

Volontariste, engagé, nationaliste et un peu naïf : tel est le visage qu’a offert hier le Pasteur Daniel NGOYI Mulunda, président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, aux participants à l’atelier sur les relations civilo-militaires organisé par le Centre des Relations Civilo-militaires de Naval Postgraduate School de Monterey en Californie qui se tient depuis lundi dernier dans la salle des spectacles du Palais du Peuple. Ce dernier est intervenu sur le thème de la sécurisation du processus électoral en cours.
       D’une manière générale, le successeur de l’abbé Apollinaire MUHONGOLU Malumalu s’est engagé à faire de la CENI un organe  réellement indépendant, libre et transparent pour sécuriser tous les acteurs qui vont s’affronter lors des élections prévues pour le second semestre de cette année et cela dans la paix, la sécurité, la liberté et surtout la transparence. A cet effet, Daniel NGOYI Mulunda a rappelé toutes les étapes de la mise en place de cette institution dite d’appui à la démocratisation depuis les travaux du Dialogue inter congolais jusqu’à ce jour.

 Il a surtout relevé que c’est grâce à la défunte Commission Electorale Indépendante que le pays a pu se doter de ses principales institutions pour renforcer le processus de démocratisation, condition sine qua non de l’instauration d’un climat favorable aux investissements extérieurs et à la reconstruction. Un véritable rêve qui a pu se matérialiser à la réunification d’un pays en morceaux par la faute de ses dirigeants et de sa clase politique qui n’ont pas pris en compte l’équilibre des forces et certaines réalités de cette sous
région atypique.
       Cependant, des écueils n’ont pas manqué sur le chemin de ce processus électoral. Le successeur de l’abbé Malumalu en a épinglé plusieurs dont entre autres la mauvaise foi des acteurs politiques, la corruption, le goût du lucre et du gain facile, la mauvaise lecture des évènements sociopolitiques, bref la paresse intellectuelle.
       Ce serait de la mauvaise foi que de dire que la CEI a échoué alors que les institutions de la République actuelles bénéficient de la légitimité qui avait fait défaut tout au long de la deuxième République et qui a servi de prétexte pour l’organisation de la Conférence Nationale Souveraine.

Révélations fracassantes
       Dans la foulée de sa communication, le Pasteur NGOYI Mulunda a fait quelques révélations dont la plus fracassante concerne les divers contrats conclus entre le gouvernement de Transition et les fournisseurs de diverses infrastructures électorales, notamment les kits électoraux, les véhicules, les matériaux de bureau, etc. Cela en lieu et place de la CEI de l’abbé Malumalu. « Cette situation ne se répétera plus jamais, je préfère remettre le tablier pour ne pas cautionner ce genre des comportements car je serai jugé sur les actes», s’est-il exclamé. Or, a-t-il indiqué, il est probable que l’on a choisi des fournisseurs plus chers pour des raisons faciles à deviner et qui ne garantissent pas la transparence dans la gestion de la chose publique. Le successeur de l’abbé Malumalu a aussi promis de faire l’état des lieux à l’issue des opérations d’audit interne et de contrôle qu’il a entreprises depuis sa prise des fonctions. Un dossier qui sera déposé devant le parlement pour faire la part des choses entre ce qu’il a trouvé et ce qui avait été dépensé par l’équipe
précédente.

Collaboration étroite avec les forces vives de la Nation
        «Dès mon entrée en fonction, j’ai entrepris une tournée auprès des acteurs politiques de premier rang, à savoir les deux patriarches GIZENGA et TSHISEKEDI», a signalé NGOYI Mulunda. C’est l’engagement que la CENI va collaborer étroitement avec tous les partis politiques,toutes les organisations de la société civile, la presse, les partenaires extérieurs, bref toutes les forces vives de la Nation. Car les élections intéressent la nation entière. Cela, afin que nul ne l’ignore. Je voudrais que mes succès et mes échecs soient rendus publics et je me mets à la disposition de tout le monde pour tout problème qui surviendrait à n’importe quel échelon de ce processus électoral», a indiqué le président de la CENI. Raison pour laquelle, il a exhorté les acteurs politiques et ceux de la société civile à mener une campagne de sensibilisation à travers tout le territoire national pour faire comprendre aux populations congolaises de s’enrôler massivement. Dès la semaine prochaine, la CENI va lancer sur tous les médias tant publics que privés des sports publicitaires pour inviter les gens à s’enrôler.
       Pour ne pas dépasser le calendrier électoral qui prévoit la proclamation du président de la République le 6 décembre de cette année, NGOYI Mulunda a déjà déposé sur la table du gouvernement un cahier des charges évalué à la somme de dix millions des dollars Us pour l’installation d’une technologie de pointe destinée à recueillir toutes les informations et données concernant la révision du fichier électoral. De sorte que l’on ne soit pas pris dans le piège de la lenteur d’actuels kits électoraux. A ce sujet, le président de la CENI a fait savoir que son institution va commander de nouveaux kits
électoraux pour palier les pannes survenues sur ceux qui datent de la CEI de son prédécesseur Apollinaire Malumalu. Un véritable défi pour répondre aux enjeux énormes devant sauver la nation.

F.M.

 

LEAVE A REPLY

*