La CENI lance la 2me phase d’enrôlement dans 12 provinces

0
159
Corneille Nangaa, secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante que les confessions religieuses, sauf les Catholiques, proposent pour succéder à Apollinaire Malumalu. Photo CENI
Corneille Nangaa, secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante que les confessions religieuses, sauf les Catholiques, proposent pour succéder à Apollinaire Malumalu. Photo CENI
Corneille Nangaa, secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante que les confessions religieuses, sauf les Catholiques, proposent pour succéder à Apollinaire Malumalu. Photo CENI

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa Yobeluo a, au cours  d’une conférence tenue hier lundi 12 décembre 2016 à la Maison des Elections (ex-Kin Mazière), annoncé officiellement le démarrage, aujourd’hui mardi 13
décembre 2016, de l’opération d’identification  et d’enrôlement des électeurs dans les aires opérationnelles 1 et 2. Au cours de cette même cérémonie, la Ceni a présenté le sketch qui devra servir pour la sensibilisation de la population congolaise au processus d’enrôlement.

Cette 2me étape de l’enrôlement prendra 90 jours et touchera les 12 provinces suivantes : Haut-Katanga, Haut-Lomami, Lualaba, Tanganyika, Nord-Kivu, Sud-Kivu, Maniema, Tshuapa, Sud-Ubangi, Mongala, Equateur et Ituri. Selon les estimations statistiques de la CENI, plus ou moins 19 millions d’électeurs sont attendus pour cette phase.

Interrogé au sujet du projet de budget de 1,8 milliards de dollars présenté par son institution pour l’organisation des scrutins en RDC, dont certains observateurs estiment qu’il est excessif, Corneille Nangaa a répondu qu’il ne comprend par ce type de réaction. A l’en
croire, c’est un budget brut, qui prend en compte les opérations de 2016, 2017 et 2018, sans aide extérieure. A cet effet, un travail est en train d’être fait pour arriver à un budget réaliste.

S’agissant de la publication du calendrier définitif et de la date proprement dite de la tenue des élections, le président de la CENI a indiqué que cela relève de la compétence exclusive de la CENI. Et, tous ceux qui soutiennent qu’on peut avoir les élections en 2017 et
même plus tôt, sont en train de violer la loi. « Le calendrier de la CENI sera publié. Ce ne sera pas un calendrier de la Majorité, ni de l’Opposition, ni de la Cenco, ni de la communauté internationale. On élabore le calendrier en fonction des options, puisqu’il y a des calendriers en souffrance..», a fait savoir le président de la CENI.

Quant à l’organisation de plusieurs scrutins le même jour, Corneille Nangaa pense que faire les choses dans ce sens coûterait très cher.

Opérer de façon séparée serait plus facile techniquement. Il a, en outre, précisé que pour les deux scrutins, la CENI prévoit 80.000 bureaux de vote et s’il faut augmenter le nombre, à ce stade, il faudrait faire une prévision de 134.000 bureaux de vote.

Au chapitre de la sécurisation du processus d’enrôlement, le président de la CENI a indiqué qu’il s’en remet au gouvernement, qui devra tout mettre en œuvre pour que les opérations se déroulent en bonne due forme dans les zones rouges du pays, à savoir Masisi,
Walikale, Lubero, etc.

Cependant, il a affirmé que dans la province de l’Ituri, les opérations vont démarrer la semaine prochaine.
Dorcas NSOMUE