CDT/FEPSP dénonce le mépris du gouvernement envers les enseignants

0
33

 La Confédération Démocratique du Travail, à travers sa Fédération de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (CDT/FEPSP) a organisé une assemblée générale mixte des enseignants des écoles publiques et privées agréées en perspective des grands enjeux du secteur éducatif,  particulièrement pour évaluer l’année passée et préparer celle qui s’annonce. La rencontre s’est déroulées dans la salle paroissiale de la paroisse Saint Alphonse, à Matete, le samedi 17 juillet 2010 et a rassemblée essentiellement des enseignants de la capitale. 

            Dans une déclaration faisant une évaluation scolaire et rendue publique par Jean Tunda, secrétaire général de CDT/FEPSP, les enseignants stigmatisent dans le chef du gouvernement : son refus persistant d’appliquer le barème de Mbudi (1er palier) à tous les agents de l’Etat, et pourtant ce barème est déjà appliqué à près 50% pour les secrétaires généraux de l’Administration publique. La déclaration dénonce également la tentative de rabattement des salaires des secrétaires généraux, alors  que c’est déjà est acquis de droit, malgré le caractère secret dont il était autrefois entouré.

          La déclaration souligne aussi le caractère fallacieux, sinon démagogique des discours du gouvernement qui, avant le 30 juin 2010, considérait le « Point d’achèvement » comme l’un des préalables majeurs pour l’amélioration des salaires des agents de l’Etat. Aujourd’hui, elle constate le mépris par le gouvernement des sacrifices consentis par les enseignants qui ont beaucoup enduré et sont à la limite du tolérable. La déclaration note que c’est là une insulte à l’enseignant congolais. En outre, l’Assemble générale de CDT/FEPSP dénonce le bradage des intérêts des agents de l’Etat en général et des enseignants en particulier, à travers l’Accord que l’Intersyndical de la Fonction publique vient de signer avec le gouvernement. N’ayant mandaté personne à ces négociations, la CDT/FEPSP ne se sent nullement liée par cet accord. Elle rappelle au gouvernement de la Rd Congo, les principales revendications lui soumises par la synergie CDT/Fepsp/Synecat/Syeco et qui sont restées sans suite jusqu’à ce jour : application du barème de Mbudi ;  mécanisation des enseignants qui travaillent jusqu’à présent sans salaire, respect de l’échéance du 20 de chaque mois pour la paie et redéfinition du rôle du Fonds de Promotion de l’Education Nationale (FPEN), qui est budgétisé mais dont les enseignants et des écoles ne sentent pas les effets.

          Enfin, les enseignants du secteur privé et public de l’E.P.S.P, ont mis cette assemblée générale à profit pour signer un pacte de solidarité sous la bannière de la Cdt/Fepsp. Ils se sont engagé à se concerter régulièrement et à mener ensemble la lutte pour la revalorisation de la fonction enseignante et à lutter ensemble contre toutes les anti-valeurs qui rabaissent l’enseignement. 

Sakaz et Chimelle Mwila

LEAVE A REPLY

*