CCTV, CKTV, Ralik réduites au silence

0
64

Une ambiance morose règne aux alentours des chaînes des télévisions CCTV, CKTV et Ralik ces jours ci. Agents et cadres de ces organes ont les mines défaites. La raison de cette morosité est la coupure du signal de ces chaînes de télévision et radio depuis  le mardi 27 juillet 2010.

 Approché par Le Phare hier  en milieu d’après-midi, le DG de CCTV et Ralik, a dit que jusqu’ici, ils ne disposent pas encore d’une notification officielle reprenant clairement les raisons de la coupure de leur signal. Et n’ont aucune idée exacte de la personne ou du service ayant donné l’ordre de les réduire au silence.  Téléconsult (une structure technique qui s’occupe du problème des signaux et connexes)  s’est contenté d’exécuter un ordre venu de quelque part. Et d’ajouter que deux émissions diffusées le lundi 26 juillet  2010 seraient probablement à la base de leurs malheurs. Il s’agit de « Semaine en images » et « Point de presse hebdomadaire » animé chaque lundi par Germain Kambinga,  numéro un de CKTV et cadre du MLC. Les journalistes sont présents aussi à ces points de presse initiés depuis au moins deux mois.
 En somme, dans «Semaine en image», ils font la rétrospective des événements importants de la semaine. L’opposant Hamza Badjoko, invité de l’animateur   de l’émission le lundi 26 juillet, avait naturellement commenté certains faits de l’actualité.

  Kitutu Oleontua estime  que  tout serait parti du  point de presse de cette semaine. On reprocherait à Kambinga de faire une  pré campagne électorale. Et par la même occasion d’avoir dressé un bilan assez sévère du mandat de Joseph Kabila.  En outre, il leur a été demandé de remettre au directeur du cabinet du ministre Mende les cassettes reprenant les émissions à « problème ». Ils s’y sont plié, de bonne grâce. A son tour, le Dircab a remis les supports en question au ministre Mende.
 
Deux poids, deux mesures ?

  Ces précisions fournies, Kitutu a dit qu’une fois le signal coupé, une délégation du MLC composée du Secrétaire général adjoint Thomas Luhaka et du Secrétaire national en charge de la Communication Kambinga est allée voir le ministre  Lambert Mende. Et comme, ils dépendent du ministère de la Communication et Médias, ils attendent du ministre Mende qu’il fasse un geste à leur faveur. Il a clos l’entretien en soulignant qu’ils ont la conscience tranquille.

 Germain Kambinga : « Je ne me reproche rien »
 Nous nous sommes rendu ensuite auprès de Germain Kambinga pour en savoir  un peu plus sur l’entretien de mardi avec le ministre Mende. L’ambiance était cordiale, a-t-il indiqué.  Notre interlocuteur nous a dit qu’il y aurait  eu un malentendu qu’il pourrait dissiper au plus tôt. «Revenant sur l’émission  en question, il a dit qu’il ne se reproche de  rien  Etant de « l’école française », dans une discussion donnée, il parle de la thèse  et de l’antithèse». En visionnant pour la seconde fois la fameuse cassette,  j’estime avoir été correct, a-t-il souligné. Retenez aussi que lors de mes points de presse hebdomadaires, je parle du MLC, et bien sûr d’autres choses. « Je ne suis pas le seul à avoir une double casquette de cadre d’un  parti politique et de gestionnaire d’un organe », a-t-il ajouté. Ralik, CCTV et CKTV emploient  au moins deux cent personnes.  Et au cas où le signal ne serait pas rétabli,  on imagine le sort peu enviable qui attend les deux cent agents de ces trois organes et les nombreuses personnes dépendant financièrement de ces professionnels des médias. Et comme, ces chaînes privées tiennent le coup grâce au partenariat contracté avec certaines entreprises, il est aisé de deviner les conséquences d’une « suspension » à longue durée.

Reportage de Jean-Pierre Nkutu assisté de  Abigael Kilungu et Rachel  Ngongo   (Stagiaires de l’Ifasic)

 

 

 

 

 

LEAVE A REPLY

*