Caritas Congo tient à l’amélioration des conditions sanitaires des congolais

0
30

        téléchargement    Dans le cadre de l’amélioration de l’accès de la population rurale et périurbaine aux infrastructures hydro-sanitaires, la promotion de l’hygiène et la création d’un environnement favorable, le gouvernement de la RDC a initié depuis 2006 le programme « école et village assainis. Piloté par les ministères en charge de la santé et de l’éducation, avec l’appui de l’Unicef, DFID, l’Usaid et de quelques ongs dont la Caritas Congo ainsi que les Caritas diocésaines, ce programme veut réduire la propagation des maladies d’origine hydrique dans les onze provinces qui composent la RDC. C’est dans ce cadre que la Caritas Congo Asbl et la Caritas Allemagne tiennent du 27 au 30 janvier 2013 au centre d’accueil  de la Caritas Congo un atelier national « écoles et villages  assainis ». Conscient du fait qu’en RDC l’hygiène, l’assainissement et l’approvisionnement en eau potable constituent un des problèmes majeurs qui affectent une grande partie de la population, Dr Bruno Miteyo, secrétaire exécutif de la Caritas Congo a estimé que la mise en œuvre de ce programme rencontre à juste titre les objectifs du millénaire pour le développement. C’est en vue de mettre en application les recommandations de leur 4ème forum national tenu l’année dernière, avec comme thème « ensemble nous sommes plus ».

            La Caritas Congo a mis en place, en partenariat étroit avec la Caritas Allemagne, une coordination nationale dans le secteur d’eau, hygiène et assainissement. Plusieurs objectifs sont poursuivis à travers cette coordination dont celui d’assurer une plus large visibilité de l’ensemble du réseau Caritas ainsi que le renforcement des capacités des acteurs du réseau. Pour la Caritas Allemagne, représentée par Hugues Bonte, cet atelier constitue la première étape d’un processus. Avec la participation de tous les partenaires dans cet atelier, Hugues Bonte a estimé que les travaux des responsables diocésains permettront de définir les approches à adopter en vue d’optimaliser le rendement des ressources importantes mises en œuvre. Aux responsables des ministères de la santé, l’éducation et l’Unicef, il a pensé que leurs expertises permettront de donner aux assises des orientations indispensables.

            Coordonateur national du programme village assaini, le Dr Mavard Kwengani à ajouté que le choix de la Caritas pour la réalisation de ce programme est justifié par le souci d’obtenir un résultat positif. Car, les statiques donnent des résultats alarmants. Pour ce qui est de la province de l’équateur, 0% des populations rurales et périurbaines ont accès à l’eau potable. Cinq % des populations a accès à l’eau, 0% des populations dispose des latrines dans leurs domiciles.

Yves Kadima

LEAVE A REPLY

*