Le Cardinal Monsengwo au peuple congolais : « Luttons pour une nouvelle société avec les armes de la vérité… »

0
413

Prélat fortement engagé, de longue date, dans la défense des intérêts de la multitude, le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a saisi l’occasion de la célébration de la fête de Pâques pour adresser un message de réconfort au peuple congolais, actuellement gagné par l’incertitude du lendemain, suite au blocage de la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre. Parlant hier dimanche 16 avril 2017 à partir de la Cathédrale Notre Dame du Congo, dans la commune de Lingwala, à Kinshasa, ce haut dignitaire de l’Eglise catholique de la République

Démocratique du Congo a exhorté des millions de filles et fils de ce pays, à travers ses paroissiens de Kinshasa, à croire en la lueur d’espoir qui va finir, tôt ou tard, par poindre à l’horizon, en lieu place du « temps de confusion, d’obscurité et de désespoir » qui semble devenu leur lot quotidien.

Prenant l’image du Christ, le Cardinal Monsengwo encourage les hommes, les femmes et les enfants de ce pays présentement « ignorés, bafoués et piétinés » à ne pas se laisser abattre par le fatalisme. Il leur demande de ne pas baisser les bras et de continuer à lutter « pour une nouvelle société avec les armes de la vérité, de la justice
».
Ce message se veut celui de la conviction qu’à l’instar du Christ,
vainqueur de la mort, le peuple congolais devrait accepter de passer
par la pénible épreuve de « la mort » pour espérer donner au pays, la
République Démocratique du Congo, un nouveau visage. « Si Dieu est
pour nous, qui sera contre nous » ? Telle est la recommandation qu’il
fait à tous ceux et toutes celles se sont engouffrés dans une voie
pleine « d’embûches et d’écueils ». On croit savoir qu’il s’agit du
long chemin devant mener le peuple congolais de l’Etat de non droit
vers l’Etat de droit, de l’univers de l’injustice vers celui de la
justice, des îlôts de richesses vers le partage équitable des
ressources nationales.                                                                    Kimp

MESSAGE DU CARDINAL MONSENGWO
PAQUES 2017

« C’est bien vrai! Le Seigneur est ressuscité» (Le 24,34)
Cathédrale Notre Dame
Homélie du Cardinal L Monsengwo Pasinya

Bien-aimés dans le Seigneur,
1. « C’est bien vrai: le Seigneur est ressuscité et il est apparu à
Pierre» (Lc, 24,34). Telle est l’annonce que dès les origines de
l’Eglise -aujourd’hui encore-a circulé dans le monde chrétien. Le
Christ est ressuscité. Des témoins, d’abord incrédules, l’ont vu et
l’ont raconté. Telle est notre foi, que nous sommes fiers de professer
avec l’Eglise tout entière, répandue dans le monde. « Si le grain de
blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul; s’il meurt, il porte
beaucoup de fruit », dit l’Ecriture (Jn 12, 24).
2. Comme le dit le Pape François, Jésus a apporté dans le monde une
espérance nouvelle et il l’a fait à la manière de la graine: il s’est
fait tout petit, comme un grain de blé. Il a laissé sa gloire céleste
pour venir parmi nous: il est «tombé en terre ». Mais cela n’était pas
encore suffisant. Pour porter du fruit Jésus a vécu l’amour jusqu’au
bout, se laissant rompre par la mort, comme une graine qui se laisse
rompre sous la terre » (Catéchèse du Mercredi Saint 2017)
3. La résurrection  du Christ est l’espérance d’un monde nouveau et
d’une humanité nouvelle dans la relation de l’homme à Dieu-Père ;
nouvelle aussi dans les relations des hommes entre eux, nouvelle dans
la relation de l’homme avec la nature.
4. Peuple congolais, nous nous sentons comme si nous étions un grain
jeté en terre; nous sommes ignorés, bafoués, piétinés. Nous vivons
dans le pays un temps de confusion, d’obscurité, de désespoir. Mais
nous savons qu’au plus profond de la nuit, l’aurore pointe déjà à
l’horizon. Nous ne pouvons pas nous laisser envahir par le fatalisme.
5. Nous avons l’assurance Que le Christ ressuscité nous appelle à
ressusciter avec Lui. Le pays aussi doit ressusciter, c.-à-d. quitter
le vieil homme et revêtir l’homme nouveau. Le Christ est avec nous
avec son pouvoir, son pouvoir d’amour, il subit avec nous les
situations d’injustice, de confusion, d’incertitude. Non pas pour y
rester, mais pour nous en libérer. C’est Lui le Maître de notre
histoire. Cette histoire, nous la façonnons avec Lui pour créer une
société de vie meilleure, une société de vie digne de notre foi de
ressuscité.
6. En même temps; éveillons une nouvelle solidarité entre nous,
soutenons-nous dans notre marche. Luttons pour une nouvelle société
avec les armes de la vérité, de la justice, sans mensonge ni
hypocrisie. Vivons en enfants de lumière. Donnons-nous la main pour
que notre espérance soit une étoile qui nous guide vers le chemin du
Ciel.

« Luttons pour une nouvelle société avec les armes de la vérité… »

7. « Que dire de plus? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?
Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous
tous, comment avec son Fils, ne nous donnerait-il pas tout»( Rm
8,31-33)
A tous(tes) je souhaite de Joyeuses Pâques, Qui nous fassent
ressusciter avec le Christ, pour que le pays prenne un visage nouveau,
dans la paix, la justice, la vérité et l’Amour, à l’image de l’Amour
de Dieu pour nous.
Que la Vierge Marie, Mère de Dieu et Mère de l’humanité rachetée, nous
accompagne dans la marche pleine d’embûches et d’écueils. Je vous
bénis dans le Seigneur ressuscité.

+ Card. Monsengwo Pasinya
Archevêque de Kinshasa