Candidature commune, programme commun, unité, machine à voter, fichier électoral, prisonniers politiques… : après Limete, l’Opposition en « Conclave » au G7

0
321

Lancée à Limete, au siège de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), le vendredi 7 septembre 2018, la série des réunions de l’Opposition s’est transformée pratiquement en un « Conclave » hier lundi 10 septembre 2018 au siège du G7, dans la commune de la Gombe, avec l’élargissement du cercle des participants aux délégués des
partis absents le vendredi passé.

A présent, toutes les forces politiques de l’opposition sont représentées. On a enregistré la présence, à la rencontre d’hier, de Jean-Marc Kabund (UDPS), Eve Bazaiba (MLC), Pierre Lumbi (G7), Martin Fayulu (Dynamique), Baudouin Mayo (UNC), Freddy Matungulu (Syenco/ Congo na Biso), etc.

Absents lors de la dernière réunion, Vital Kamerhe s’est fait représenter par le Secrétaire général de son parti, Baudouin Mayo, tandis que Freddy Matungulu a fait personnellement le déplacement du siège du G7.

En dépit des efforts déployés par la presse pour connaître le menu de leurs échanges, rien n’a filtré. Tous les acteurs politiques qui ont pris part à la concertation se sont refusé à émettre le moindre commentaire.

Approché par la presse, Me Baudouin Mayo, délégué de l’UNC, a laissé
entendre que les travaux ont repris dans une sorte de « plénière »
avant d’être momentanément suspendus pour se poursuivre en
commissions.
Selon certaines indiscrétions, ces commissions devraient se pencher
sur plusieurs sujets brûlants en rapport avec le processus électoral.
L’une d’elles devrait notamment examiner la possibilité et les
modalités de désignation du « candidat commun » afin de donner à ce
dernier le maximum de chances de battre celui du FCC (Front Commun
pour le Congo).
Une autre devrait réfléchir sur la stratégie la plus efficiente pour
obtenir le rejet de la machine à voter tant décriée pour les élections
du 23 décembre.
En principe, une troisième commission devrait avoir, à son ordre du
jour, le casse-tête du fichier électoral, dont un énième audit s’avère
impératif en vue d’élaguer les 16,6 % d’électeurs sans empreintes
digitales, qui représentent un quart de l’électorat.
Les questions relatives à la libération des prisonniers politiques,
au retour au pays de ceux en exil et la disqualification illégale des
candidats de l’Opposition à la présidentielle devraient également
faire partie des matières à débattre en commissions.
«Les stratégies ne se révèlent pas au grand public », a ironisé
Fabrice Puela, pour échapper aux questions pressantes des
journalistes, qui tenaient à lui tirer les vers du nez pendant la
pause. L’élu de Matadi a toutefois assuré les chevaliers de la plume
qu’un communiqué de presse sera rendu public à la fin de ce « Conclave
» qui se tient à huis clos.

F. Tshisekedi en Belgique

Il y a lieu de signaler que Félix Tshisekedi, qui avait présidé la
réunion de vendredi, est absent de Kinshasa. Il séjourne à Bruxelles
depuis le dernier week-end dans le cadre des contacts à prendre avec
les opposants en exil ou en mission à l’étranger, en vue de la «
réunification » de l’opposition.
A ce sujet, on signale qu’il a déjà pris langue avec Moise Katumbi,
Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzito.
ERIC WEMBA