Campagne « Touche pas à mon 220 » : Fayulu au coeur du drame de l’Est

0
91

Martin Fayulu. Radio Okapi/ Ph. John BompengoMartin Fayulu, président de l’ECIDé, a séjourné pendant trois jours, soit du 3 au 5 mars, à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. On apprend que la population de cette ville a réservé un accueil délirant à l’initiateur de la campagne « Touche pas à mon 220 » et « Malumalu dégage ».

Selon des témoignages concordants, la visite de cet acteur politique de l’Opposition Fayulu a drainé des foules à la suite d’une caravane motorisée qui a eu pour point de chute le stade du chef-lieu du Nord-Kivu, pour un grand meeting populaire.

Fayulu  a harangué la foule avec un message axé principalement sur le respect strict de la Constitution. Ce député de l’opposition a insisté sur la tenue des élections présidentielle et législatives dans les délais fixés par la loi fondamentale.

Parlant de l’arrestation des jeunes de Lucha et  de son propre enlèvement le 14 février 2016, Fayulu a fustigé les violations des droits de l’homme, des libertés fondamentales, la mauvaise gouvernance ainsi que l’insécurité généralisée à l’Est de la RDC.  Le  coordonateur de « Sauvons la RDC » en a profité pour lancer un appel à l’unité de l’opposition, déterminée à produire un candidat commun pour gagner la bataille de l’alternance à la prochaine élection présidentielle.

Il a réitéré le caractère inopportun du dialogue version Kabila et informé la population des conclusions de récentes discussions avec la CENI, selon lesquelles il est encore possible d’organiser les élections présidentielle et législatives dans les délais constitutionnels. Fayulu n’a pas manqué de faire allusion au devoir citoyen inscrit à l’article 64 de la Constitution.

Le samedi 5 mars 2016, le coordonateur des FAC (Forces Acquises au Changement), a animé une conférence de presse dans la salle Full Gospel de Goma. Devant 1500 participants, il a expliqué, pendant plus de 3 heures, les problèmes brûlants de l’heure.

            De retour à son hôtel, le président de l’ECIDé a reçu une structure regroupant 9 communautés du Nord-Kivu dénommées « Baraza la Waze », auprès de laquelle ce leader de l’opposition s’est largement informé des sources de l’insécurité dans la région.

Il est ressorti de ces échanges une documentation substantielle qui devra être toilettée pour servir de référence commune et définitivement sceller la paix.

            Fayulu a eu également des entretiens avec le comité interuniversitaire des étudiants de Goma, la coordination de la Lucha, les membres de la Dynamique de l’opposition du Nord-Kivu, la coordination du Front citoyen, les membres de l’ECIDé, etc. Il faut rappeler que le président de l’ECIDé a assisté à deux procès lors de son séjour à Goma, d’abord dès son arrivée le 3 mars 2016, au TGI/Goma contre 9 jeunes du Nord-Kivu, emprisonnés pour avoir dénoncé les massacres récurrents à Beni.

            Ensuite le 4 mars à la Cour d’Appel de Goma, où comparaissaient 6 activistes de Lucha.

Martin Fayulu  a regagné Kinshasa le dimanche 6 mars 2016 en début d’après-midi, avec dans sa mallette des idées claires sur la guerre à l’Est et sans doute des projets d’initiatives de contrôle parlementaire sur un phénomène nouveau de kidnapping avec paiement de rançon qui se développe dans cette partie du territoire national.

 ERIC WEMBA