Campagne de vulgarisation du rapport de la société civile sur le phénomène Kamuina Nsapu

0
34

Des membres de la Société civile du Kasaï Central sont en compagne de
vulgarisation de leur rapport sur le phénomène Kamuina Nsapu. Après
Kananga et Tshikapa, ils sont à Kinshasa pour prendre langue le
gouvernement, la Monusco et les missions diplomatiques.
Lors d’un point de presse tenu hier lundi 23 juillet 2018, dans la
salle des conférences du centre « Don Bosco », sur l’avenue de la
Libération (ex-24 novembre), à Gombe, Emmanuel Iza Kabukapu wa
Kasende, son président, a rappelé les grandes lignes du rapport sur
kamuina Nsapu.
Ce rapport indique que l’espace kasaien a vécu un moment très sombre
de son histoire lors de l’avènement de ce phénomène de triste mémoire.
Sur le plan social, il y a des déplacements massifs des populations,
l’augmentation du nombre des réfugiés dans les pays étrangers
(Angola); l’instabilité sociale et la destruction de la cohésion
sociale ; le dysfonctionnement ou la paralysie des institutions de
l’Etat, l’installation des tribunaux clandestins dont les miliciens
étaient les juges ; la perturbation de l’ordre établi, etc.
Il y a aussi les pillages et la destruction des biens et des
infrastructures entrainant l’arrêt des services utiles à la communauté
( hôpitaux, lieux de culte, écoles, etc ); pertes en vies humaines
(têtes coupées à la machette, personnes tuées avec les flèches des
miliciens, personnes brûlées et mutilées), habitations incendiées ;
accroissement du nombres des sinistres ; etc.
Il y est signalé aussi l’augmentation des cas de violences sexuelles
basées sur le genre ;  des cas de traumatisme socio-psychologique,
rupture du dialogue et méfiance entre la population et les militaires
; baisse accrue du taux de scolarisation et du niveau de vie.
Ces atrocités ont perturbé également les activités économiques,
entraînant une pauvreté accrue, la destruction des plantations,
l’interruption du processus de production et des échanges commerciaux,
le développement d’une économie informelle pour la survie, le retrait
des partenaires importants de développement fuyant l’insécurité et la
violence, l’esprit de vengeance, les frustrations ; la détérioration
avancée des voies de communication…

Recommandations
Le collectif des organisations de la société civile du Grand Kasaï a
formulé des recommandations aux autorités nationales et provinciales,
notamment mener des enquêtes indépendantes et transparentes pouvant
permettre de faire lumière sur les circonstances ayant entouré la
naissance du mouvement insurrectionnel Kamuina Nsapu ; engager des
poursuites judiciaires contre les personnes qui soutiennent
matériellement et financièrement les miliciens ; vulgariser les textes
pertinents sur l’exercice du pouvoir coutumier en RDC…
A la communauté internationale, il est demande d’appuyer le
gouvernement et les organisations de la société civile dans leurs
missions conjointes de sensibilisation sur la gestion des conflits.
Aux organisations de la société civile, il est conseillé de
s’abstenir de tout acte ou déclaration qui pourrait conduire à une
escalade de la violence entre les forces de défense et de sécurité et
la population ; d’appeler la population locale à s’abstenir de tout
acte de violence à l’endroit des policiers et militaires, etc…
Murka