Campagne de vaccination contre la rougeole au Kasaï-Central : le lancement officiel effectué dans un climat de tension à Kananga

0
71
DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO, AFRICA, MAPIMO - JULY 10: A young boy suffering from malaria rests on the floor with a high fever at a small medical center on July 10, 2013 in Mapimo, South Kivu, the Democratic Republic of Congo. In South Kivu in the Democratic Republic of Congo, under the rule of the popular movement Rahiya Mutomboki, an outbreak of malaria has been reported. Otherwise a common disease, got now out of control in a region of difficult access around the village Mapimo after the local people fled to forest fearing from government militia attacks. Although this medical facility has a capacity of 15 beds, there are more than 100 patients, mostly children, who lack care and drugs (antimalarial drugs). Those that are available, are being distributed free of charge from a non-profit organization People in Need. (Photo by Tomas Kubes/isifa/Getty Images)
DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO, AFRICA, MAPIMO - JULY 10: A young boy suffering from malaria rests on the floor with a high fever at a small medical center on July 10, 2013 in Mapimo, South Kivu, the Democratic Republic of Congo. In South Kivu in the Democratic Republic of Congo, under the rule of the popular movement Rahiya Mutomboki, an outbreak of malaria has been reported. Otherwise a common disease, got now out of control in a region of difficult access around the village Mapimo after the local people fled to forest fearing from government militia attacks. Although this medical facility has a capacity of 15 beds, there are more than 100 patients, mostly children, who lack care and drugs (antimalarial drugs). Those that are available, are being distributed free of charge from a non-profit organization People in Need. (Photo by Tomas Kubes/isifa/Getty Images)
DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO, AFRICA, MAPIMO – JULY 10: A young boy suffering from malaria rests on the floor with a high fever at a small medical center on July 10, 2013 in Mapimo, South Kivu, the Democratic Republic of Congo. In South Kivu in the Democratic Republic of Congo, under the rule of the popular movement Rahiya Mutomboki, an outbreak of malaria has been reported. Otherwise a common disease, got now out of control in a region of difficult access around the village Mapimo after the local people fled to forest fearing from government militia attacks. Although this medical facility has a capacity of 15 beds, there are more than 100 patients, mostly children, who lack care and drugs (antimalarial drugs). Those that are available, are being distributed free of charge from a non-profit organization People in Need. (Photo by Tomas Kubes/isifa/Getty Images)

La campagne de vaccination contre la rougeole, lancée sur l’ensemble du territoire de la province du Kasaï-Central le mardi, 14 février 2017, par le Vice-gouverneur Milonga-Milonga, en l’absence du gouverneur Alex Kande Mupompa, s’est poursuivie hier mercredi, 15 février 2017, dans les sites installés pour cette opération. Les Kanangais ont vécu un lancement sous une haute tension provoquée par des incursions des miliciens de Kamwena Nsapu dans plusieurs sites de vaccinations, à tel point que certains sites n’ont pas bien fonctionné.

           
Certains prestataires ont même opposé des résistances pour se rendre sur les sites situés dans la périphérie de certains coins tels que la commune de Nganza, qualifiée de zone rouge, infestées des miliciens. Contactés par Le Phare, quelques responsables de Sites de vaccination ont donné leur évaluation de la première journée. C’est ainsi qu’au Centre de santé « Jésus Caritas » de la commune de Kananga, le superviseur Antoine Tshiseya a confirmé la panique provoquée par l’incursion des miliciens Kamwena Nsapu dans plusieurs sites de vaccination Lui personnellement a dit les avoir reçu et convaincu de la nécessité du vaccin. C’est ainsi qu’il a pu vacciner. Plusieurs sites ont connu la même aventure.
Rappelons que la cérémonie de lancement officiel s’était déroulée à Kananga, dans la zone de santé de Ndesha, située dans la localité, de Ndesha.  Prenant la parole en cette circonstance, le vice-gouverneur Milonga-Milonga a félicité, de prime abord, le Gouvernement de la République et les partenaires du secteur de la santé pour leur appui à cette campagne de vaccination contre la rougeole.  Il a rappelé que la rougeole était une tueuse d’enfants. Toutefois, il a précisé que Dieu a doté l’homme de l’intelligence nécessaire pour fabriquer  le vaccin et protéger les enfants qui sont pour notre pays la plus grande richesse. Pour cette raison, il a invité les parents et responsables ayant des enfants de 6 à 59 mois chez eux de les conduire dans des sites de vaccination érigés à ce sujet.
            Il a mis à profit cet instant pour fustiger certaines personnes, à l’instar de la milice Kamwena Nsapu, qui perturbent cette campagne notamment dans la zone de santé de Dibaya. Il a exhorté la population à dénoncer et à combattre une telle attitude. Il a indiqué que tous les matériels de vaccination sont déjà sur place tout en promettant qu’aussitôt que possible, équipes de vaccination seront bientôt déployées. Il a informé le public que la campagne est gratuite et doit se dérouler du 14 au 18 février 2017. Pour terminer, il a donné un slogan chinois soulignant la nécessité de la vaccination contre la rougeole : « aussi longtemps que la variole n’est pas encore passée dans ta famille, ne compte pas encore tes enfants ».
            Par ailleurs, Dr Patrick Matala, chef de bureau provincial/UNICEF pour le Kasaï et Kasaï Central  a souligné que cette opération entrait dans le cadre du Plan Stratégique d’élimination de la rougeole 2012-2020 ayant placé les provinces du Kasai et du Kasai Central dans le Bloc 3, à coté d’autres provinces. En outre le médecin  coordinateur provincial du Kasai Occidental a signalé que la vaccination n’aura pas lieu dans la zone de santé de Lubondayi pour les mêmes raisons d’insécurité.
SAKAZ