Calendrier électoral : «Acord» invite le peuple congolais à la vigilance

0
37

logo-constitution-EN-RDC-1L’unanimité et l’apaisement des esprits que l’on croyait récolter en RDC, après la promulgation de la loi électorale par le président de la république, et la publication du calendrier électoral global par la Ceni, des échéances électorales, ne sont toujours pas. Les forces démocratiques acquises au changement ont élevé la voix contre les pièges qui continuent de penser sur la suite du processus électoral.

Ce décor planté, la Majorité au pouvoir n’a pas fait amende honorable pour déplorer tout ce qui est arrivé par ses manœuvres politiciennes, préférant plutôt s’acharner sur des membres de l’opposition et les acteurs de la société civile, ainsi que sur quelques marginaux. Pourtant, les risques du glissement du mandat présidentiel au regard de multiples contraintes liées à l’organisation des élections législatives et présidentielle, sont là. D’où les inquiétudes exprimées dans tous les milieux politiques, aussi bien dans ceux de l’opposition que ceux du pouvoir.
L’Alliance des Congolais pour la réforme et la démocratie qui, à ce stade de l’évolution politique de notre pays, s’aligne aux côtés des autres forces politiques pour faire triompher l’alternance au pouvoir en RDC, dans le strict respect de principes démocratiques, a attiré vendredi 20 février dernier, l’attention du peuple congolais sur les enjeux de l’heure. En effet, par la voix de son secrétaire général Nivard Bongo, ACORD appelle tous les compatriotes épris de paix et de justice, à demeurer vigilants pour la suite du processus électoral. «  Il faut déjouer tous les pièges et dénoncer toutes manœuvres tendant à favoriser les tripatouillages des élections à tous les niveaux », a fait savoir le secrétaire général d’ACORD.
Tout en félicitant le Sénat et la Commission paritaire pour avoir entendu les protestations de la rue et la voix de la raison, ACORD lance un appel à la Police nationale et à tous les services de sécurité, d’œuvrer pour la démocratie et l’intérêt supérieur de la nation.
Elle formule ses sentiments de gratitude au corps diplomatique et à la Monusco qui ont joué le rôle de bons offices auprès des autorités et usé de leurs influences, pour accompagner le peuple congolais dans sa quête d’un monde de démocratie, de liberté et de bien-être.
Pour terminer, le secrétaire général d’ACORD a exigé la libération immédiate et sans conditions de tous les prisonniers politiques et d’opinion,  détenus dans les prisons du pays, notamment le bâtonnier Muyambo, président de SCODE, Christopher Ngoie Mutamba, coordonnateur de la société civile de la RDCongo, les cadres et militants de RCD/K-ML, de l’UDPS, de l’ECIDE et d’autres formations politiques, ainsi que de nombreux étudiants.
J.R.T.