Le CALCC estime encore possible l’organisation de l’élection présidentielle en 2016

1
350

Après un examen minutieude la situation politique actuelle, le Conseil de l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo avait adressé, jeudi 30 juin 2016, une lettre à la CENI dans laquelle est proposée l’organisation de l’élection présidentielle sans enrôlement préalable des électeurs.

L’objectif visé par le CALCC est de trouver une voie pratique de sortie des options qui non seulement provoquent des tensions politiques et sociales internes, mais aussi et surtout, exposent dangereusement le Président de la République et compromettent l’avenir de la Nation, principal souci du Chef de l’Etat et de tous les leaders politiques.

En vue de montrer la faisabilité technique de la proposition, le Conseil a adressé une deuxième lettre à la CENI le 18 juillet 2016 en réservant copie, comme pour la première, à son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, aux Honorables Présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, et à Son Excellence Mgr le Président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo.

En plus de cette proposition, le Conseil explore d’autres possibilités susceptibles de résoudre ce problème à partir des options levées par la CENI elle-même. Ainsi, ayant requis les informations sur la production des kits électoraux, le CALCC note que le fournisseur
est capable de produire 22.000 kits en trois semaines. Comme
l’ensemble de cette production pèse à peine 500 tonnes, il suffit de
programmer une quinzaine de rotations d’un cargo de 40 tonnes pour
ramener ces kits au pays et les recevoir à partir de 4 aéroports :
directement à Kinshasa et Lubumbashi, et via Entebbe à Goma et
Kisangani. De ces villes, les kits peuvent être déployés en deux
semaines dans les chefs-lieux des territoires, secteurs et
groupements.

Sachant qu’il est bel et bien possible de réduire à un mois, voire
moins, la durée de l’opération d’enregistrement des électeurs, il est
encore possible d’organiser les élections, en particulier la
présidentielle en novembre 2016.
Si la CENI ne s’engage pas à présenter un calendrier respectant le
délai constitutionnel pour l’élection présidentielle, le CALCC, fort
de ces arguments, prendra ses responsabilités en vue de se faire
entendre, en organiser des actions pacifiques nécessaires, y compris
la mobilisation de la communauté nationale à exiger ce qui est de
droit.
Aussi, à la suite de nos Pasteurs, réunis au sein de la Conférence
Episcopale Nationale du Congo, nous exhortons la classe politique, en
particulier l’opposition, à faire diligence afin que le Dialogue se
tienne dans le plus bref délai. Il n’est jamais tard pour bien faire,
et faire le bien.
Fait à Kinshasa,
le 25 juillet 2016
Vincent de Paul
KEKOLEMBA
Porte-parole

1 COMMENT

Comments are closed.